Photographier un modèle

Bonjour les Amoureuses / eux 😍du Monde du silence🐬,

Lors d’une sortie plongée photo à TODI organisée par la Commission Audiovisuelle de la LIFRAS (Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques), j’ai préparé un cours sur la prise de vue en plongée avec un modèle. Je vous partage un peu de contexte et l’essentiel des conseils prodigués lors de cette journée.

Contexte

Il y a un certain nombre d’années, beaucoup de photos prises étaient avec des plongeurs sous l’eau car c’était un sport atypique, vu comme risqué et incroyable.  De plus, le matériel photographique de l’époque n’était pas aussi performant que maintenant. Il n’était pas facile de réussir des photos de la faune et de la flore. Ajouter un plongeur modèle permettait d’avoir plus facilement une photo réussie. Depuis la démocratisation et l’ouverture de la plongée au plus grand nombre, ce n’est plus un sujet exceptionnel. L’accent est mis sur la nature, sa beauté, sa diversité ou encore son côté étonnant. La mise au point de matériel photo hyper performant permet aussi d’avoir des sujets plus variés. Le thème du plongeur est donc aussi “dilué” parmi des types de photos plus diversifiés. Il n’en reste pas moins que la photo d’un humain sous l’eau reste un genre photographique super intéressant. Ceci pour plusieurs raisons.

Opportunités

Tout d’abord, c’est un défi car il s’agit d’un type de photo devenu inhabituel et donc il y a tout un monde (technique, artistique, …) à découvrir avec ses innombrables nouvelles possibilités, également ses contraintes, de nouvelles techniques à maîtriser, la préparation, etc … C’est donc une occasion de progresser dans sa pratique photographique.

Ensuite, c’est l’occasion de pratiquer la photo avec des amis non photographes et d’avoir des souvenirs uniques. Cela permet de donner envie à d’autres personnes de plonger et de faire grandir la communauté des hommes et femmes grenouilles. Même avec des plongeurs débutants, il y a moyen de (se) faire plaisir. Personnellement j’ai toujours trouvé agréable de faire des plongées découvertes avec un débutant, de le.la faire poser à certains endroits que je connais bien et de lui rapporter quelques souvenirs qu’il.elle mettra sur un de ses réseaux sociaux.

Matériel

Pour la photographie d’un modèle en plongée, un grand angle est quasi indispensable. En effet, vous bénéficiez:

  • D’un champ plus large pour la composition. La composition est probablement l’élément essentiel de ce type de photographie.
  • La possibilité de vous rapprocher plus => moins d’eau, plus de couleurs er flashs mieux exploités.

Lors de la sortie TODI, j’ai plongé avec une photographe qui n’avait que le grand-angle natif de son Sony RX-100 sans avoir de pré-optique grand-angle devant. Cela la forçait à s’éloigner du sujet et donc à augmenter la quantité d’eau entre son appareil et son modèle. Le flash devient moins performant, les couleurs plus fades, les contrastes s’affaiblissent. Bref, la photo perd de son “piqué”.

Cela ne veut pas dire que la photo est forcément mauvaise. Il y a des limitations qui apparaissent et dont il faut tenir compte.

La photographe est obligée de s’éloigner du modèle pour avoir son buste et une partie des bulles.
Eclairage – Principe

Vous connaissez mon addiction à l’exposition manuelle. Elle permet d’affiner l’exposition et l’éclairage au mieux. Au grand-angle (même si c’est vrai pour tout), les paramètres de l’exposition de l’appareil (voir les 3 piliers de l’exposition : ouverture, vitesse, sensibilité) définissent l’exposition de l’ambiance: tout ce qui ne sera pas éclairé par les flashs. Typiquement, tout ce qui est éloigné de 1 à 1.5 mètre et plus.

Les flashs éclaireront l‘avant plan, les sujets proches (= jusqu’à environ 1.5 mètre). Si vous n’avez qu’un flash, c’est la même chose. La présence de plusieurs flashs permet une meilleure couverture de l’angle de vue offert par le grand angle.

Si vous restez en automatique ou semi-automatique, l’appareil fera cela pour vous. Plus ou moins bien. 

Dans le meilleur des cas vous aurez une photo bien exposée avec un arrière-plan assez clair et un sujet au premier plan bien éclairé. Mais cela peut entraîner des choix de paramètres inadéquats. Par exemple une ouverture du diaphragme trop grande (perte de profondeur de champ) ou une vitesse lente (flou de bougé de votre part ou de la part du sujet). De plus, cela peut ne pas rendre une ambiance plus sombre que vous souhaiteriez communiquer.

Dans le pire des cas, vous aurez des arrière-plans trop sombres et / ou un avant-plan surexposé, voir brûlé.

3 Types de photos
Modèle proche – Portrait

Votre modèle est l’élément principal ou un des (deux) éléments principaux. On ne voit quasi que son visage ou son buste, le reste du corps étant hors champ. Il peut y avoir un autre sujet comme un nudibranche, une éponge que la plongeuse regarde.

Le modèle est éclairé par les flashs car il est tout proche et nous pouvons le distinguer. Son visage, ses yeux, la couleur de sa peau sont reconnaissables. Dans ce cas-ci, le regard, l’éveil de la personne et son attitude sont particulièrement importants

Modèle à distance moyenne

Votre compagnon de plongée est visible dans son entier. Il n’est pourtant pas trop éloigné et peut encre être éclairé par vos flashs. Ceci n’est en général possible qu’avec un objectif de type fish-eye, ou très grand-angle. Ils ont une couverture angulaire plus grande (=ils voient plus large) et permettent donc au sujet de se rapprocher tout en restant entier dans la composition. 

L’éclairage est un peu plus difficile car les différents sujets (dont le plongeur) doivent être correctement éclairés. De même, les différents éléments principaux que l’on met en évidence dans la photo doivent être nets. Pour ces raisons, ils doivent se trouver dans la zone de netteté, c’est à dire être à la même distance de l’appareil. 

Le modèle est donc un élément important de la photo car son visage et ses yeux sont encore visibles. Il attirera le regard. Sa relation avec le reste de l’image reste cruciale pour la composition. Les précédents éléments relatifs au regard restent d’application. Surtout qu’aujourd’hui la définition des appareils et la capacité à zoomer, ne “pardonnent pas” un regard vague.

Le modèle est éloigné

Ici, il s’agira de silhouette. Le plongeur sera tellement éloigné qu’il n’est plus éclairé par les flashs. Il fait partie du décor, de l’arrière-plan. Néanmoins nous ne pouvons pas le placer n’importe comment. Notre œil sera attiré par cette silhouette humaine. Comme nous le verrons un peu plus loin, le comportement (position, équipement, gestuelle, …) est très important pour que cela soit joli.

Ce type de photo est tout de même plus facile à réaliser. Le positionnement est relativement plus simple. Le plongeur faisant partie de l’ambiance, il ne faut pas se soucier de son éclairage par les flashs.

Conseil
Deuxième plongée d’un débutant dans la carrière de Vodelée

Si le modèle n’est pas très expérimenté, il faut lui donner des choses simples à faire.

  • Déplacement d’un point à un autre
  • Se tenir à un endroit où il pourra maintenir son équilibre
  • Eclairer un sujet avec sa lampe  

Vous ne pourrez donc pas faire le même type de photos avec un plongeur débutant qu’une personne expérimentée. Vous aurez également de meilleurs résultats avec un modèle qui fait régulièrement du mannequinat pour vous.

Le job du photographe

Outre les questions techniques de l’éclairage et de l’exposition, il va devoir faire attention  aux détails précédemment cités et guider, communiquer avec le modèle pour obtenir la composition voulue. En particulier nous pouvons souligner les points suivants:

Le positionnement de l’éclairage
Flash éloigné= sujet éloigné

Que ce soient des flashs ou des lampes, ils ne doivent pas être proche du sol, d’une paroi ou un objet proche. En effet, ceux-ci recevront (beaucoup) plus de lumière que le.s sujet.s. Ils seront dès lors surexposés, prendront l’attention du lecteur et ruineront la photo.

Ensuite, il faut les placer au niveau de yeux pour éviter des ombres portées par le masque. De même, il faut s’assurer qu’il n’y a pas d’objet entre le flash (ou la lampe) et le sujet éclairé. Une poutre, un poisson qui passe, … créera une ombre portée sur le sujet qui sera donc sous-exposé.

Pour terminer, sans refaire les bases du positionnement des l’éclairage artificiel (La base du positionnement des flashs et lampes), limitez la quantité d’eau éclairée qui se trouve entre l’objectif et le sujet, tout en éclairant ce dernier.

La composition

Je l’ai déjà mentionné au paravent, je le redis, le cadrage est un élément crucial de la composition en grand angle. Le grand-angle incorpore beaucoup des éléments présents par son grand angle de champ (les longues focales isolent). Il faut donc faire attention à ne pas inclure des éléments non voulus. C’est la difficulté dans ce type de photo: n’y inclure que ce qui renforce la photo. Une palme d’un autre plongeur, un bout de bras, des bulles (les siennes par exemple lorsque l’on est en contre-plongée), … sont des éléments qui desserviront votre photo.

Prêter attention au modèle

Il ne suffit pas que celui-ci soit au bon endroit dans une position correcte, il doit aussi avoir une présence qui renforcera la composition. Le regard. Il doit être éveillé et non absent ou distrait. Dans le regard, miroir de l’âme, nous pouvons voir si la personne est intéressée, présente, contente, heureuse ou juste en train de s’ennuyer, de bailler, …

Il y a un deuxième point que je ne peux pas ne pas mentionner. La respiration et les bulles. Evidemment, les bulles ne doivent pas être devant le visage. Elles ne doivent pas masquer le regard.  Certains vous diront qu’une photo avec des bulles est une photo ratée. Je ne partage pas cette idée comme une règle absolue. Par exemple, une photo prise sous l’eau où il n’y a pas (ou peu) d’éléments indiquant que nous sommes immergés, bénéficie de la présence de bulles qui contextualisent l’image. De même beaucoup de petites bulles apportent un élément décoratif, créatif.

Il s’agit donc de déclencher au bon moment, le photographe doit donc être attentif, anticiper et être prêt à déclencher.

Si votre appareil est un compact avec son flash intégré qui commande les flashs externes, vous n’aurez pas l’occasion de déclencher plusieurs fois d’affilée car le flash interne ne le permettra pas. C’est ici que l’anticipation, l’expérience et la concentration vous permettront d’améliorer vos résultats. Ici, oui, je le confesse, un éclairage constant (une lampe) qui éclaire bien, offre la possibilité de faire des rafales.

Le rôle du modèle

Puisque cet article se concentre sur ce type de photo, c’est qu’il y a tout un art à faire du mannequinat. D’accord, ce n’est pas un défilé Dior ou Channel. Il n’en resta pas moins que poser, se déplacer élégamment sous l’eau, cela se travaille aussi. Selon ce que l’on est prêt à y investir comme temps ou bonne volonté, il y a tout une panoplie de petites choses qui amélioreront les photos. C’est également une façon de plonger autrement.

Le matériel

Pointons 3 éléments simples liés au matériel qui augmenteront de suite le plaisir de regarder la photo.

  • Un masque sans buée. Cela permettra de voir le regard de votre modèle. Cela évitera aussi la réflexion des éclairages sur le verre embué. Et tant qu’à faire, lorsque l’on dit sans buée, c’est sans buée partout: même pas un petit coin où il en resterait.
  • Les accessoires bien rangés. Evitons le détendeur de secours, le parachute ou le manomètre qui pendouille lamentablement rendant la silhouette disgracieuse.
  • Une lampe allumée. Un modèle en position éloignée réhaussera sa présence avec un lampe allumée en ajoutant un point de contraste. Il faut évidement que cela fasse sens. En position moyennement éloignée la lampe, grâce à son faisceau permet de guider le regard vers un autre sujet de la photo. Si le spectateur entre dans la photo par les yeux du modèle il sera ensuite guidé vers un autre sujet par la direction du regard et celle du faisceau lumineux. Pour cela une lampe à faisceau étroit est nécessaire. Plus l’ambiance est sombre, moins puissante doit être la lampe. Plus le sujet est éloigné, plus il faudra de la puissance. Une lampe à puissance et faisceau variable est le mieux. J’ai écrit un article sur le sujet: Une lampe pour la plongée et la photo

Je vous livre un quatrième point, pas forcément évident à mettre en œuvre. Si vous avez l’occasion, préférez une combinaison claire (jaune, blanc). Ce sont des couleurs qui reflètent bien la lumière et mettent en évidence la plongeuse. Cela permet également que le modèle soit un peu plus éloigné que l’avant plan tout en étant bien exposé pour la lumière de l’avant plan. Surtout si l’avant plan est plus “sombre” que le modèle. Mares propose des “Photosuit” de différentes couleurs. On peut en trouver d’autres en Chine si cela vous tente, mais ce n’est pas la coupe italienne 😉

Le positionnement

Si le mannequinat c’est savoir “Poser”, c’est que le positionnement est capital. Passons en revue quelques conseils faciles à mettre en œuvre.

  • Le visage face aux flashs. C’est évidement un travail de concert entre le photographe qui doit éclairer sa composition (dont le modèle fait partie) et la plongeuse (ou le plongeur, nous sommes d’accord) qui doit orienter au mieux son visage pour que la lumière entre bien dans le masque en limitant les ombres portées.
  • La lampe et le regard doivent porter ensemble vers l’autre sujet de la photo. Ici, il faut penser en 3D / 2D. Ce que je veux dire (et c’est la pratique qui le montre le mieux) c’est que dans la réalité (3D) le modèle peut très bien ne pas regarder directement le sujet, mais dans une direction qui est parallèle: plus avant ou arrière. La photographie ramenant cela en 2D (=tout est aplatit) et le sujet revient dans la ligne du regard et de la lampe.
  • Selon le cas, et surtout dans le cas d’une composition “portrait” du modèle, ce dernier doit être tant que faire se peu au même plan (=même distance) que le sujet éclairé par les flashs. S’il est plus près il recevra (beaucoup) plus de lumière. S’il est plus loin il recevra (beaucoup) moins de lumière. Si une petite différence peut renforcer la perspective ou diminuer le poids relatifs du modèle par rapport au sujet, une trop grande différence dans l’éclairage a tendance à déséquilibrer la photo.
  • Garder ses mains jointes (ou les bras croisés) sous le corps ou niveau des épaules. Je déconseille les mains tendus devant soi car ils auront tendance à se mettre devant le visage lors de photos en contre-plongée (=visage caché ou ombres projetées).
  • Avoir un palmage doux et pas trop ample afin que la silhouette reste aussi linéaire que possible
  • Bien positionner le détendeur en bouche pour éviter qu’il soit de travers
  • Eviter le contact du modèle avec l’environnement (sauf si voulu). Par exemple, un plongeur qui est en pleine eau et qui se maintient du bout des doigts à un rocher, une épave, une branche, … donnera un effet d’instabilité, de non-maîtrise.. 
La dynamique

Pour faciliter la prise de vue il y a aussi quelques suggestions faciles à emporter en ce qui concerne la façon de se déplacer, de se comporter lors de la plongée.

  • Respirer lentement pour avoir des moments sans bulles aussi longs que possible. Vous pouvez convenir d’un rythme avec le photographe lors du briefing.
  • Se déplacer lentement. Lorsque la photo est de type “moyennement éloigné” ou “éloigné”, il est pratique que le modèle se déplace lentement. Cela laisse le temps au photographe d’ajuster son point de vue, sa composition et permet aux flashs de se recharger pour faire plusieurs photos par passage.
  • Aller regarder le résultat sur l’appareil photo pour voir ce que cela donne, avoir le retour et des indications du photographe. Ne pas hésiter à faire plusieurs  passages pour améliorer les détails.

Astuce :  le modèle peut avoir une idée de la photo en regardant l’image qui se forme dans le dôme de l’appareil photo.

La communication

Les signes étant non conventionnels et difficiles à traiter dans un article, je les présenterai dans une vidéo séparée. Ce sont des signes que j’utilise et qui me sont propres. Je les présente donc lors du briefing pour que la communication et la composition des photos se passe au mieux. En voici quelques un:

  • Va te mettre là
  • Place ton visage là
  • Regarde par là
  • Monte, descend, avance, recule, à gauche, à droite (un peu)
  • La lampe: dans cette direction, allume-là, …
  • Déplace toi suivant telle ou telle trajectoire que je montre du doigt (vers moi, parallèle à moi, …)
  • Doucement, lentement
  • On recommence, on la refait

Le briefing est également le moment d’expliquer ce que l’on compte faire. Quelles prises de vue on voudrait faire, à quels endroits on va aller. Selon la connaissance de la carrière on arrivera à se tenir plus ou moins bien à ce planning. De même une rencontre inattendue avec un brochet, une carpe, un hippocampe, un requin, … peuvent naturellement vous faire dévier de votre projet initial.

Astuces bonus
  • Restez aussi calme que possible, ne pas remuer le fond
  • Pour se dégager du fond utiliser son gilet plutôt que ses jambes et les pieds palmés
  • Les photos en pleine eau ou à plus de 1 mètre du sol auront généralement moins de particules.
  • Préparer la photo, les réglages, le positionnement du flash pendant que le modèle va se mettre en place. Vous gagnerez du temps.
  • Si vos premiers résultats, ce n’est pas grave. Adaptez vos paramètres, l’éclairage, la composition, votre point de vue, … enfin ce qui ne va pas. Et recommencez. Les premières prises de vues sont des esquisses. Rodin,  Michel Ange, Léonard De Vinci, Monnet, Picaso, Van Gogh … ne réalisaient pas leurs œuvres du premier coup. Et nous ne sommes pas meilleurs qu’eux. Il est normal d’avoir de nombreuses esquisses pour arriver à ce que l’on veut.

Cet article, bien que déjà long, n’aborde que le début de ce type de photographie. Il y a beaucoup d’autres points, de détails auxquels nous pouvons faire attention pour améliorer les photos ou les rendre plus créatives (jouer avec des reflets, des couleurs, …). De même, photographier un modèle peut être plus large qu’un.e plongeur.euse lors d’une sortie. Il peut s’agir d’une personne habillée sous l’eau avec des vêtements colorés et amples. Cela peut se faire en piscine ou en extérieur. Bref vous venez de regarder par une porte entrouverte vers une autre dimension.

 

 

 

D’ici votre prochaine lecture, je vous souhaite de belles photos, accompagné.e.s de plongeuses / eurs qui se prêteront au jeu de modèle.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à vous abonner à ma page Facebook pour être averti des prochains articles concernant la photographie sous-marine.
Je vous invite aussi à vous abonner à ma chaîne YouTube “Plongée Photo” ou vous trouverez d’autres sujets et des compléments à ceux abordés dans ces articles.

 

 

 

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

2 Comments

  1. Merci pour vos conseils. C’est extra.
    Je viens de remplacer mes flashs inon par des z330 et je suis tombé sur votre article sur les fonctions et les boutons du flashs.
    J’ai eu la curiosité de lire les autres articles.
    Vraiment merci.
    Cdt
    Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.