Utilisation d’un trigger de Flash UW Technics

Bonjour les Amoureuses / eux 🥰 du monde du silence🐚,

Le passage à un nouvel appareil (Nikon Z9) a nécessité l’achat d’un Trigger de Flash car le boitier du Z9 n’a pas de flash interne. C’est une caractéristique de tous les boitiers pro qui sont destinés à être utilisés avec des systèmes de flashs externes. Il faut donc quelque chose qui joue le rôle d’un flash, piloté par l’appareil photo et qui commande les flashs externes. Le tout dans un boitier sous-marin où la place est comptée. Cela s’appelle un trigger (un déclencheur en bon français) et je vais vous présenter celui que j’ai choisi : celui de chez UW Technics : https://uwtechnics.com/

Principe
Trigger UW Technics : Nikon Z9 + Caisson Isotta

Le principe des triggers est donc d’avoir une connectique qui se place sur le sabot de flash de l’appareil. De là, une nappe de câble part vers une plaquette chargée d’électronique. Celle-ci permet de recevoir les informations relatives à la commande de flash et d’envoyer un signal vers des petites LED qui vont s’allumer pour commander les flashs externes. En effet, les petites LED sont placées sous les têtes de flash optiques du caisson. A l’extérieur, une fibre optique transmet le signal au flash.

Bon à savoir: les LEDs qui envoient le signal émettent une lumière rouge – proche de l’infrarouge car les détecteurs flash sont plus sensibles dans cette gamme de longueur d’onde. De nombreux tests et mesures ont permis Cela permet d’assurer un meilleur signalet un meilleur contrôle du TTL. 

Choix d’un trigger

Il existe d’autres fabricants de déclencheurs comme e-Turtle. De même, selon les besoins, le fabricants caisson proposent différents modèles propres à leur marque, souvent uniquement en manuel et parfois avec le TTL. Par contre, je n’en ai pas vu qui gérait le HSS. Pour ma part, j’ai choisi UW-Technics car le fabricant de mes flashs (Retra) me l’a recommandé pour la compatibilité et la conception. 

Chez UW-Technics, il faut d’abord choisir le modèle qui est fait pour votre appareil photo. En effet, les protocoles de commande de flashs ne sont pas les mêmes entre Canon, Nikon, Olympus, Fuji, etc … Mais également au sein d’une marque, les protocoles ont pu évoluer au cours du temps. Dès lors, le trigger d’un modèle plus ancien ne sera pas compatible avec un appareil de dernière génération. Heureusement le site internet permet de trouver ce qu’il vous faut. En cas de besoin, vous pouvez contacter le fabricant qui répond toujours (parfois avec un peu de délai) à vos questions.

Notez que pour un même appareil photo, vous avez en général une version “moins chère” qui ne fait en général que le déclenchement en mode manuel. Vous aurez ensuite le choix d’un modèle “plus cher” qui offre différentes possibilités comme le TTL et la synchronisation haute vitesse.

Pour terminer, vous aurez aussi à choisir le modèle qui va bien avec votre caisson. En effet, chaque caisson a une disposition interne et des têtes pour les connecteurs optiques qui sont différents. Les fabricants de trigger en tienne compte dans leur offre.

En résumé, pour faire son choix il faut connaître

  • La marque et le modèle de son appareil photo
  • La marque et le modèle de son / ses flashs
  • La marque et le modèle de son caisson
La plaque est petite et s’installe dans le haut du caisson. La griffe a un emplacement dédié pour y être rangée lorsqu’elle n’est pas connectée à l’appareil.
UW Technics

Comme je le mentionnais précédemment mon choix s’est porté sur la marque UW Technics. Principalement parce que lorsque le fabriquant de mes flashs Retra me l’a recommandé. Pour eux la compatibilité est meilleure. 

Si la compatibilité s’est effectivement avérée parfaite, le processus de choix a été un peu laborieux. Il y a eu jeu de “ping-pong” entre Isotta et UW-Technics pour déterminer le bon modèle car le caisson est tout neuf et la disposition interne est un peu inconnue. Je suis allé chez Onderwaterhuis pour qu’ils m’aident à déterminer le bon trigger sur base de leur connaissance des différents produits. Au final, tout est bon 🍾

Le sélecteur de flash

La plaquette contenant l’électronique et la source d’énergie (deux piles rondes plate de type CR2032) possède un petit sélecteur qui définit le protocole avec lequel il doit communiquer vers les flashs externes. Le protocole interne est celui de votre appareil photo. En positionnant le sélecteur sur le bon numéro, vous sélectionnez le flash externe que vous allez utiliser. Voici la liste des flashs compatibles et la position du sélecteur correspondant.

  1. Inon Z-240
  2. Sea & Sea YS-D1
  3. Sea & Sea YS-D3 Mark II
  4. Ikelite DS-230, Sea & Sea YS-250
  5. Ikelite DS-162, DDS-161, DS-160, DS-125
  6. Inon Z-330
  7. Retra Pro X (y compris la fonctionnalité HSS)
  8. Subtronic Pro-160
  9. Subtronic Pro-270

La position “0” est réservée pour le mode purement manuel où le protocole TTL est désactivé.

HSS

Le mode de synchronisation haute vitesse se nomme le HSS (High Speed Synchronisation dans la langue de Shakespeare). Ce trigger permet de gérer automatiquement ce mode particulier de déclenchement. Notons qu’il n’y a rien  à faire sur ce trigger pour cela. Tout se gère à partir du menu de l’appareil photo. Je reviendrai sur ce mode (HSS) dans un article ultérieur. Cela mérite, en effet, une explication à part entière. 

En bref, un flash qui émet en HSS vas se mettre à scintiller. Plutôt que d’émettre un seul gros flash, il va émettre une série de flashs plus faibles. Cela devient nécessaire lorsque les vitesses d’obturation dépassent la limite de synchronisation de l’appareil photo. Cela se situe en général entre 1/200 et 1/320 selon les modèles.

Ce qui est important de noter c’est qu’il faut une chaine de commande compatible pour ce mode.

  1. L’appareil photo doit avoir ce mode dans son menu. Il doit donc être capable de commander un flash externe en HSS
  2. Le trigger doit pouvoir comprendre ce mode venant de l’appareil et pouvoir le transmettre à un flash externe qui permet le HSS
  3. Un flash externe qui soit capable de flasher en HSS

Mode HSS chez Nikon

Trigger UW Technics : Nikon Z + Caisson Isotta

Mode HSS sur Retra
TTL

Lorsque le trigger a été installé, j’ai voulu tester le TTL. Depuis des années je ne suis pas convaincu par les fonctions TTL sous l’eau. Je voulais savoir ce qu’il en était avec ce trigger et les flashs Retra.

Tout d’abord, hors de l’eau cela ne fonctionne plus ou moins correctement que si le sujet n’est pas trop proche (environ 1,5 m ou plus loin). Sinon, la distance étant trop courte, l’exposition ne se fait pas correctement. Le calcul de la puissance ne se fait pas bien. Mais ceci est annoncé par le constructeur.

Sous l’eau je n’ai pas été convaincu par les performances de la gestion du TTL. Ici également, lorsque le sujet se rapproche, ce n’est pas top. Or, vous savez, on n’est jamais trop proche de son sujet pour limiter la quantité d’eau. Donc, me forcer à être “loin”, cela ne m’arrange que très moyennement. Je suis repassé en manuel. Pour être transparent, je n’ai pas beaucoup cherché à comprendre dans quelles situations cela donne bien et dans lesquelles c’est moins performant. Je me suis rangé à l’idée que si je dois commencer à trier dans quels cas c’est effectif ou pas, autant rester en manuel tout le temps et continuer comme avant.

Cela ne veut pas dire qu’a l’avenir je ne ferai pas des tests plus approfondis que je vous partagerai.

Cas pratique 1 : flash Retra avec le Z9

Avant toute chose, je souligne l’importance de lire le mode d’emploi dont vous trouverez une version traduite en français dans cet article. Il y a un certain nombre de “subtilités” techniques qu’il ne faut pas ignorer sous peine de ne pas comprendre pourquoi le flash semble ne pas fonctionner correctement. Je sais de quoi je parle 😂

Avec mes flashs Retra, il faut d’abord placer le sélecteur du trigger sur la position 7 (cf.plus haut).

Pour travailler en mode manuel
  • Il faut spécifier dans le menu du Z9 que l’on va travailler en mode HSS (1/200 ou 1/250, cela n’a pas d’importance). Ceci est nécessaire, même si nous serons à des vitesses inférieures à 1/200. Cela semble contre-intuitif, mais c’est la façon de faire lorsqu’il n’y a pas de “mode manuel” dans l’appareil photo. Cela passe par l’utilisation des vitesses inférieures à la limite synchro en mode HSS.
  • Ensuite, sur le flash Retra, on se place en mode manuel.
  • On photographie à des vitesses inférieures à la limite de synchro choisie dans le menu de l’appareil photo.
Mode HSS chez Nikon Mode M (ON) sur le flash Retra

POUR travailler en mode HSS

  • Comme précédemment, et logiquement, on choisit le mode HSS sur l’appareil photo.
  • On place le flash Retra sur le mode HSS. Sur mon modèle, il s’agit du mode U1 (fonction 1 définie par l’Utilisateur. Cela se fait via l’application Retra)
  • On photographie à des vitesses supérieures à la limite de synchronisation choisie dans le menu de l’appareil photo.
Mode HSS chez Nikon

Le HSS est enregistré en U1
 Mode HSS sur le flash Retra (U1)
Pour travailler en TTL
  • Sur l’appareil photo, on choisit une vitesse de synchro flash qui n’est pas le HSS
  • On sélectionné le mode TTL sur le Flash Retra
  • On prend ses photos. L’appareil nous limitera lui-même à la vitesse de synchronisation choisie. Il sera donc impossible de définir une vitesse supérieure à celle-là.

Mode flash Normal chez Nikon

Mode TTL Sur le flash Retra
Cas pratique 2 : mini flash 2

Vous l’avez sûrement remarqué, le MF2 de chez Backscatter ne se trouve pas dans la liste des flashs compatibles. Clairement, le mode TTL du MF2 n’est prévu que pour les flashs de chez Olympus. Par contre il peut très bien fonctionner en mode Manuel et HSS.

Il suffit pour cela de faire comme pour le mode manuel des flashs Retra. Cela fonctionnera avec tous les flashs en mode manuel (INON, Iketlite, Sea & Sea,…).

  • Définir le mode HSS dans votre appareil (le Z9 dans mon cas)
  • Définir le MF2 sur M pour les vitesses d’obturation inférieures à la vitesse de synchronisation
  • Définir le MF2 sur HSS pour des vitesses d’obturation supérieures à la vitesse de synchronisation

Mode HSS chez Nikon

Le mode M sur le MF2

Le mode HSS sur le MF2

Pour plus de détails sur l’utilisation des Mini Flashs MF2, je vous invite à lire mon article relatif à ces magnifiques petits flashs dédiés à la macrophotographie.

Conclusion

J’espère que cet article vous aura apporté les éléments que vous cherchiez pour acquérir un trigger ou que vous aurez au moins appris quelques faits intéressants.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite aussi à vous abonner à ma chaîne YouTube “Plongée Photo” ou vous trouverez d’autres sujets et des compléments à ceux abordés dans ces articles.
Je vous invite également à vous abonner à ma page Facebook pour être averti des prochains articles concernant la photographie sous-marine.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.