Les compléments optiques Macro pour les Réflex

Bonjour les Amoureuses / eux du Monde du Silence,

Nikon 105 mm macro avec stabilisation

N.B. vous avez un compact ? Vous voudrez sans doute lire l’article similaire dédié aux compacts:Les compléments optiques macro pour les appareils compacts

Nos appareils photos Réflex sont très performants en photographie macro si nous les équipons d’une optique macro comme le 60 mm ou le 105 mm chez Nikon ou encore l’excellent  100 mm chez Canon. Il y a des objectifs macro dans toutes les marques. Ils nous permettent de faire des gros plans des toutes petites bestioles que nous rencontrons en plongée. Les objectifs macro nous permettent de faire du rapport 1:1, c’est à dire que 1 cm dans la vraie vie créera une image de 1 cm sur le capteur. Mais lorsque l’on veut aller plus loin ? Quelles sont nos options? 

Comme pour les compacts, il existe des compléments optiques qui permettent d’augmenter ce rapport de grossissement. 1 cm dans la vraie vie peut prendre 2 cm sur le capteur, voir plus. Ces compléments nous permettent de nous approcher du sujet et donc d’augmenter la taille de leur image mais attention au côté pratique ! Explications.

N.B. je ne reviendrai pas sur les éléments de base présentés dans l’article précédent des compléments optiques pour les appareils compacts.

La dioptrie                     
3 pré-optiques de chez Saga +10 (High), +15 (Extrême), +20 (Ultra)

Plus celle-ci est élevée, plus le grossissement est élevé. Cela peut être vu comme la façon de mesurer le grossissement (de façon relative, pas absolue). Cela veut dire aussi que nous nous rapprochons plus du sujet. Un complément optique modifie les caractéristiques de l’objectif pour permettre de faire la mise au point plus proche et de grossir l’image formée. Ceci au dépend de pouvoir faire la mise au point à l’infini. Cela peut nous amener à quelques cm (1 à 5 cm) ce qui rend illusoire cette pratique avec un animal mobile. De même, plus le grossissement est important, plus la zone de netteté (profondeur de champ) est faible.

A noter également que plus la dioptrie est élevée, plus il y a de défaut possibles et que la qualité est moindre. Il en résulte par exemple de l’aberration chromatique (des franges oranges ou bleues là où il y a de forts contrastes) ou des couleurs un peu délavées.

La focale

En général les objectifs dédiés à la Macro ne sont pas des “Zoom”. Ils ont une focale fixe: 60mm, 100 ou 105 mm. Il existe des 40 mm macro pour les petits capteurs. Cela permet de les optimiser pour leur rôle.

Plus la focale de votre objectif est grande plus vous photographiez de loin. Sous l’eau ce n’est pas souhaité car plus il y a de l’eau entre le sujet et l’objectif, plus nous perdons du contraste, du “piqué”. La photo devient un peu “fade”. Nous limiterons au 105 mm maximum.

Par contre, l’avantage d’une focale plus longue est de ne pas faire fuir le sujet puisque nous restons à distance. Nous allons voir plus loin l’intérêt de cette caractéristique avec les pré-objectifs macro.

Facilité d’utilisation

Ajouter et retirer les compléments est une tâche qui n’est pas anodine sous l’eau. Il y a deux façons de le faire. Chacun ayant leurs avantages et inconvénients.

Le mode le moins cher consiste à simplement visser la pré-optique sur le port plan prévu à cet effet. Cela prend un peu de temps en plongée car la densité de l’eau dans le filetage créé une certaine résistance. Cela grince et cela s’entend (si si, demandez à mes binômes). 

Il existe des systèmes où l’on peut simplement placer le complément optique via un adaptateur à charnière. Il en existe même des doubles pour pouvoir changer facilement entre deux pré-optiques différentes. L’inconvénient de cette  solution est l’encombrement lorsque l’on doit s’approcher du sujet dans une gorgone, sur une plante, dans une crevasse. De même, cela peut gêner le positionnement des flashs.

Outre la partie mécanique, il faut reconnaître que la prise de vue avec un complément optique demande un peu d’entraînement pour pouvoir situer le sujet et le trouver dans le nuage de flou. En effet en mettant un complément optique macro, votre appareil n’arrive à voir net que sur quelques centimètres. Au-delà il est incapable de voir net. Lorsque le sujet est trop loin, il restera flou. C’est pour cela que des sujets mobiles et peureux devront être photographié à distance, c’est à dire sans pré-objectif.

La qualité

Comme pour les appareils compacts, il faut choisir des solutions en verre. Elle sont de meilleure qualité même si c’est plus lourd et plus cher. Ceci, dit, je n’ai pas encore vu de solution en “plastique” pour les Réflex.

En pratique

Si vous voulez jouer avec de grandes dioptries qui vous rapprochent fort du sujet, optez pour une focale de 100 ou 105 mm qui vous éloigne du sujet. Vous aurez ainsi au final une distance de travail plus facilement exploitable.

Pour ma part j’utilise une dioptrie de +10, +15 ou +20. Le +10 est déjà très spectaculaire, le +20 l’est encore plus, mais il est difficile à mettre en oeuvre par la proximité nécessaire du sujet (quelques cm) et la difficulté qui en résulte de placer son éclairage. Je viens d’acquérir un +15 que je n’ai pas encore pu tester. Je ferai plus tard un comparatif sur le grossissement de ces optiques en fonction de la focale (60 et 105 mm).

Le +10 je l’utilise avec le 60 mm et le 105 mm

Le +20 n’est utilisable qu’avec le 105 mm. Avec le 60 mm je suis contre le sujet. Véritablement contre.

Vu la faible profondeur de champ, il ne faudra pas hésiter à fermer le diaphragme jusque 32 ou au-delà pour avoir quelques mm de netteté.

Je travaille beaucoup avec une mise au point fixée, de préférence au rapport 1:1 et je fais la mise au point en rapprochant / éloignant l’appareil du sujet. Une position stable permet de travailler cette technique plus efficacement. En pleine eau, il faut être un maître Zen et bon en apnée. Le taux de photos ratées est très élevé, c’est normal 😉 Ne vous découragez pas.

Voici ce que cela donne sur une petite moule d’eau douce (Dreisena)

ISO 1000 – 105 mm – f/18 – 1/100 s – Rapport 1:1
ISO 1000 – 105 mm – f/18 – 1/100 s – Rapport 1:1 + Saga dioptrie +10
ISO 1000 – 105 mm – f/18 – 1/100 s – Rapport 1:1 + Saga dioptrie +20
Compatibilité
Port plan macro qui permet de fixer une bonnette humide avec un système de baïonnette
Caisson avec un port plan macro muni d’un pas de vis pour fixer un complément optique grossissant.

Il faut s’assurer que le port plan que vous utilisez et le diamètres des pré-optiques correspondent. Pour les réflex, le plus répandu est le M67. C’est ce que j’utilise.

Il existe aussi des ports plan macro avec un système de baïonnette pour fixer une bonnette humide. L’effet de grossissement est moins fort et apporte donc une plus grande facilité d’utilisation.

Conclusion

Les notions “Faible”, “Très faible”, “Élevée”, … sont relatives et par sont définies par rapport au matériel que je possède et que j’ai pu tester.

Dioptrie “faible” (ex +10) Dioptrie “élevée” (ex +20)
Profondeur de champ (zone de netteté) Faible: 5 à 10 mm Très faible: 2 à 5 mm
Autofocus Possible mais manuel recommandé Manuel fortement recommandé
Plage de mise au point Faible Très faible
Distance sujet Quelques cm Environ 1 cm
Objectifs 60 ou 100-105 mm 100 ou 105 mm
Diaphragme recommandé 16 ou plus 32 ou plus
Facilité d’utilisation Bonne Difficile
Grossissement Élevé Plus élevé
Qualité Meilleure Un peu moins bonne

En conclusion je conseille de commencer avec une dioptrie +10 (ou +5), d’une bonne marque composé d’au moins deux lentilles (une pour grossir et l’autre pour corriger les défauts de la première). Personnellement j’utilise la marque Saga. Je n’ai pas pu comparer avec une marque connue comme SubSee ou Nauticam. Mon revendeur (www.dafactory.eu) me dit que Saga est le meilleur.

Sans oublier :

  • La qualité a un prix
  • La qualité est la meilleure au centre
  • S’assurer de la compatibilité entre le pas de vis du caisson et celui du pré-objectif.
  • Ne pas commencer avec un grossissement trop important (+10)
  • Plus le grossissement est important, plus il faut utiliser une longue focale pour ne pas être collé sur le sujet
  • Plus la dioptrie sera élevée, plus le grossissement sera important
Si vous avez aimé cet article, je vous invite à vous abonner à ma page Facebook pour être averti des prochains articles concernant la photographie sous-marine.
Je vous invite aussi à vous abonner à ma chaîne YouTube “Plongée Photo” ou vous trouverez d’autres sujets et des compléments à ceux abordés dans ces articles.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.