Pourquoi photographier dans les pires conditions ?

Province de Zélande

J’ai récemment plongé en Zélande dans le bras de mer formé par l’Escaut qui se jette dans la mer du Nord. C’est une des provinces des Pays-Bas. C’est une région magnifique pour les  plongeurs. De multiples sites de plongées équipés parfois de compresseurs automatiques et souvent de mises à l’eau de luxe.

Les plongeurs belges, néerlandais et allemands connaissent bien ces sites de plongées. Les français du Nord également.

J’y vais régulièrement pour la variété des sites et la richesse de la faune et de la flore qui sont autant de sujets pour la photographie sous-marin.

Je m’y suis rendu début juin et c’était l’hiver: je me croyais dans une tempête de neige. Je n’y voyais pas grand chose et pour les photos c’était désastreux. C’est l’explosion du plancton du printemps avec le réchauffement de l’eau (19°C) accompagné de l’augmentation des heures de clarté et d’ensoleillement.

Des œillets de mer pris dans la tourmente planctonique

Ma première réaction fut de râler (et même de jurer dans le détendeur). Ensuite je me suis dit que c’était une bonne occasion pour tester l’orientation de mes flash et l’utilisation de mes snoots.

Si je n’en ai pas rapporté de photos exceptionnelles, j’ai travaillé ma technique d’éclairage et recherché de petits sujets abrités afin de limiter le champ éclairé et photographié.

Voici ce que vous pouvez travailler si vous vous trouvez dans une situation similaire:

  • Utilisez des snoots (si vous en avez) ou dirigez votre éclairage de façon rasante pour créer de larges zones sombres. Vos photos seront plus ou moins sous-exposées, vous pourrez travailler cela sur votre ordinateur.
Des didemnums recouvrant une huître. Eclairage latéral. Sony RX-100-V, ISO 100, @24mm, f/7.1, 1/250s
  • Cherchez des zones plus abritées (sous un surplomb, sous des laminaires, derrière un gros rocher,…)
  • Si les suspensions ne sont pas trop importantes, augmentez la part de lumière ambiante et apportez juste une touche de lumière avec vos flashs
Petit gastéropode sur une ascidie. Sony RX-100-V. ISO 100-@70mm + Nauticam CMC, f/7.1 – 1/100s

Après cela, la prochaine plongée semblera surement meilleure 🙂

En conclusion, cette contrainte inattendue m’a forcé à regarder ailleurs, à trouver d’autres sujets et à photographier autrement. C’est ainsi que vous aussi pourrez augmenterez votre expérience et pourrez nourrir votre créativité. Lors de votre prochaine plongée, embrassez les conditions pour vous dépasser.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.