Images tagged "carpe"

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

0 Comments

    1. Bonjour,
      J’utilise ces gants jusque 10°C voir 9°C. Après, le pouce et l’index souffrent tout de même de l’eau froide. Cela rend la manipulation difficile car je perd de la sensibilité au bout des doigts à cause de la l’hypothermie qui s’installe. Ce n’est pas bon non plus pour ton corps dont les tissus sont mal oxégénés.

      Mais cela dépend aussi de la durée de la plongée. Les premières 40-45 minutes, cela va bien. C’est après que cela devient plus difficile.

      Après cela il y a des gants en néoprènes plus ou moins épais.

      Au final, même avec des moufles c’est possible, même si ce n’est pas facile. Comme c’est notre passion, cela n’a pas d’importance et avec de l’entraînement cela s’améliore. Cela travaille aussi notre patience 🙂

      Belles plongées et belles photos.

    1. La prise de vue est au grand-angle ce qui accentue les distances et les perspectives. J’étais à environ 5 à 6 mètres de mon binôme. La visibilité étant très bonne cela n’a pas posé de problème. Je te remercie pour ta sollicitude.

  1. Personnellement je ne mets qu’une seule lentille cornéenne, à mon oeil dominant et ce, en tout temps, pas seulement pour plonger.

    Le cerveau s’adapte et je peux maintenant voir aussi bien de loin (avec mon oeil dominant corrigé) que de près avec mon oeil non corrigé.

  2. Étant photographe le réflecteur ok .
    Tu ou vous oubliez que si le plongé d un zodiaque ou même du bateau.
    Moi j espère tj que le matos tiens ( dérivant ou mer houleuse).
    Moi j ai résolus le problème angle flash qui couvre un 60mm macro vitesse 1/60 f:8 iso 200.
    Et si trop foncé je descends au 1/30si l eau est calme.

    1. Bonjour,
      En effet, il est possible d’éclairer son sujet frontalement pour couvrir un 60 mm macro (en reflex). Cela donne une photo correctement éclairée. Dès que l’on souhaiter donner un peu de douceur, ou faire ressortir le relief par un éclairage latéral, une seconde source est appréciable.
      Ensuite, les personnes ayant un compact, le mode macro est souvent de la proxy au grand angle, une seconde source permet de déboucher des ombres parfois plus présentes selon le sujet.
      Il est vrai également qu’emporter un mini studio n’est pas à considérer pour toutes les plongées. De mon côté, je n’ai pas souvent l’occasion de plonger depuis un bateau. C’est plus souvent du bord: en carrière, lac, bras de mer fermé ou avec faible courant. Principalement parce que je veux pouvoir photographier à l’aise ;-).
      J’ai aussi la mer du Nord, mais c’est plus rare et je plonge alors avec du matériel plus limité.

      Cordialement,

  3. Bonjour,
    Merci pour cet excellent article.
    Finalement, tu as réussi à me convaincre de prendre le temps d’apprendre les bases pour réaliser de meilleures photos
    J’aime bien l’idée de prendre le temps de “réfléchir sa photo” avec sa sensibilité.

  4. Pour ma part je prends un joint en cahoutchouc noir de plomberie pour robinet, modèle qui fait 1 cm de diamètre et 5 mm d’épaisseur avec un petit trou au centre de 1mm
    J’adapte le diamètre extérieur du joint à l’emplacement de la fibre, puis je mets la fibre dans le petit trou et voilà ça marche

    1. Bonjour Claire,
      C’est avec plaisir. Si tu as des questions sur la prise de vue sous-marine, l’édition ou la photographie en général, n’hésite pas à les poser. J’y répondrai de mon mieux. Cela peut aussi être une demande d’avis ou de conseil sur une photo.
      Belle journée.

    1. Bonjour Yves,
      Merci pour cette question.
      Pour la gestion du flash, ils sont reliés par câble optique et placés en mode S-TTL (2x Inon Z-240). Chacun a son snoot.
      Ensuite l’appareil est en mode manuel pour l’exposition. La mise au point est à 99 % du temps en automatique. Le % restant c’est pour la super-macro.
      Vu que le snoot expose mon sujet, je mets la mesure d’exposition de l’appareil sur “centre pondérée” ou “spot” (si vous n’êtes pas familier avec ces termes, voici un article qui en parle: http://www.plongeephoto.com/comment-choisir-son-mode-de-mesure-dexpostion/). Le choix entre les deux est fonction de la taille de mon sujet dans la photo (centre pondéré=plutôt grand et spot= plutôt petit).
      Ainsi l’appareil n’essaye pas de vouloir exposer ce qui est dans l’ombre du cône de lumière du snoot.
      Si le sujet est fort sombre, autour cela risque d’être trop clair et inversement. Alors je joue avec la compensation des flashs sur les boîtiers Inon. Je le fais sur les flashs plutôt que la commande du signal de flash de l’appareil car je peut vouloir ne modifier qu’un des deux flashs ou les modifier différemment pour un rendu plus subtil.
      Et pour être tout à fait honnête, pour obtenir de bonnes photos, il faut s’y reprendre à plusieurs fois, non pas que tout soit à jeter au premier déclenchement, mais j’oublie parfois certains réglages ou l’appareil ne me donne pas toujours ce que je veux. Je considère que les premières photos sont comme des esquisses qui me permettent de m’approcher du résultat final.
      Pour terminer, il y a aussi la post-production dans Lightroom qui permet de peaufiner le résultat car tout n’est pas sous contrôle en plongée (j’enfonce les portes ouvertes) et le temps est limité (je persiste et signe).
      Il y a peu de magie, si ce n’est celle de votre enthousiasme et de votre travail 😉 qui porteront leurs fruits.
      Est-ce que cela répond à votre question ?

  5. Bonsoir,

    Idée très intéressante, mais seriez-vous assez aimable pour me détailler le moyen de fixation utilisé. Je souhaiterais dans l’idéal un système réversible pour libérer mon masque en plongée de jour. Est-ce votre cas ?

    Merci

    M.

    1. Bonjour Monique,
      Merci pour cette question.
      Pour ma part je garde la lampe toujours accrochée sur le masque. Il est vrai qu’il y a des plongées durant lesquelles je ne l’utilise pas. Ce n’est cependant pas la majorité de mes plongées. Mes lieux de plongées sont des carrières et la mer du nord. A partir de 15-20 m une petite lampe est très utile. Je la laisse donc accrochée.
      Cependant, suite à cet article où j’ai re-testé les différentes lampes, j’ai une solution à base foamex pour la plaquette et une lanière en velcro (aussi connu sous le mot “scratch” ;-)) pour fixer la scubalamp au masque. Je vais faire une petite vidéo sur YouTube pour détailler cela. Je vous tiens au courant lorsqu’elle est publiée.

  6. Pingback: L'importance des diffuseurs de flashs | Plonger et faire des photos

    1. onjour Jean-Paul,
      Je vous remercie pour cette question. Bien que je ne le fait pas car c’est compliqué (j’aime ce qui est simple), c’est un bon exercice de pensée.
      Le problème avec les modes automatiques et semi-automatiques des appareils photos c’est qu’ils n’en font qu’à leur tête. C’est à dire ils suivent leur programme.
      Mais voyons tout de même ce que nous pouvons faire.
      Il faut alors baisser la vitesse pour permettre suffisamment de lumière entrer dans l’appareil (ou l’augmenter si vous êtes dans des zones à forte lumière). De son côté il va fermer l’ouverture (ou l’ouvrir) pour que ce ne soit pas trop éclairé. Dès lors, la puissance de votre flash limitera la distance à laquelle vous pourrez éclairer correctement votre sujet.
      Avec de la chance, votre photo sera bien exposée.
      Si le bleu n’a pas la tonalité voulue (clair / foncé) vous pouvez jouer avec la correction de l’exposition. + pour éclairer et – pour assombrir.
      Attention qu’à ce moment-là, il va probablement commander un éclaire de flash plus puissant (ou moins puissant – respectivement). Il faudra alors compenser la puissance de flash (- si vous avez demandé de sur-exposer la photo pour éclaircir les bleus et + si vous avez demandé de sous-exposer la photo pour assombrir le bleu).
      De plus en fonction de l’inclinaison de l’appareil la quantité de bleu et de lumière va varier et le rendu va changer et l’appareil modifiera les réglages et vous devrez réadapter la compensation de l’exposition et la puissance des flashs.
      Cependant, en photographiant en RAW vous pourrez corriger une bonne partie au développement de la photo.
      Le mode manuel est vraiment la meilleure solution pour contrôler son exposition. En général cela revient au final à ne régler qu’une valeur:
      ISO est fixé: on n’y touche pas
      Vitesse: c’est la priorité que vous avez choisie car vous avez sans doute un choix artistique là derrière.
      Ouverture: vous la définissez pour obtenir le bleu que vous voulez

      J’espère que cela répond à votre question. Si vous avez besoin de plus de précision, ce sera avec plaisir.
      Si vous avez un cas plus précis en tête je peux vous indiquer d’autres options en jouant sur la sensibilité mais là, le bruit peut devenir gênant en fonction de votre appareil.

  7. Bonjour Jean-Paul,
    Je vous remercie pour cette question. Bien que je ne le fait pas car c’est compliqué (j’aime ce qui est simple), c’est un bon exercice de pensée.
    Le problème avec les modes automatiques et semi-automatiques des appareils photos c’est qu’ils n’en font qu’à leur tête. C’est à dire ils suivent leur programme.
    Mais voyons tout de même ce que nous pouvons faire.
    Il faut alors baisser la vitesse pour permettre suffisamment de lumière entrer dans l’appareil (ou l’augmenter si vous êtes dans des zones à forte lumière). De son côté il va fermer l’ouverture (ou l’ouvrir) pour que ce ne soit pas trop éclairé. Dès lors, la puissance de votre flash limitera la distance à laquelle vous pourrez éclairer correctement votre sujet.
    Avec de la chance, votre photo sera bien exposée.
    Si le bleu n’a pas la tonalité voulue (clair / foncé) vous pouvez jouer avec la correction de l’exposition. + pour éclairer et – pour assombrir.
    Attention qu’à ce moment-là, il va probablement commander un éclaire de flash plus puissant (ou moins puissant – respectivement). Il faudra alors compenser la puissance de flash (- si vous avez demandé de sur-exposer la photo pour éclaircir les bleus et + si vous avez demandé de sous-exposer la photo pour assombrir le bleu).
    De plus en fonction de l’inclinaison de l’appareil la quantité de bleu et de lumière va varier et le rendu va changer et l’appareil modifiera les réglages et vous devrez réadapter la compensation de l’exposition et la puissance des flashs.
    Cependant, en photographiant en RAW vous pourrez corriger une bonne partie au développement de la photo.
    Le mode manuel est vraiment la meilleure solution pour contrôler son exposition. En général cela revient au final à ne régler qu’une valeur:
    ISO est fixé: on n’y touche pas
    Vitesse: c’est la priorité que vous avez choisie car vous avez sans doute un choix artistique là derrière.
    Ouverture: vous la définissez pour obtenir le bleu que vous voulez

    J’espère que cela répond à votre question. Si vous avez besoin de plus de précision, ce sera avec plaisir.
    Si vous avez un cas plus précis en tête je peux vous indiquer d’autres options en jouant sur la sensibilité mais là, le bruit peut devenir gênant en fonction de votre appareil.

  8. Bonjour, je me suis mis à la vidéo sous marine, il y a peu de blog similaire au tien, ou je ne les trouves pas, est-ce que tes conseils pourraient marcher pour la vidéo?
    Je me rend compte que si j’appliques ceux-ci je pourrais améliorer mes images. La seule chose sur laquelle je ne sais pas influer, se sont les réglages d’obturation car ma gopro ne me le permet pas.
    Sinon, merci pour les conseils.

    Bien à toi.

    Fabian

    1. Bonjour Fabian,
      Tout ce qui est cadrage, composition, astuce pour le matériel : c’est utilisable.
      Comme tu le mentionne, il n’y a pas de gestion manuelle de l’exposition. Tu peux au mieux jouer sur la sensibilité et la vitesse d’obturation dans la mesure des contraintes vidéos (1/30 sec au plus lent). Tu peux par contre choisir de sous-exposer tes films pour certaines séquences où cela aurait du sens.
      Pour la macro, vu que tu as une optique fish-eye, il te faudra des compléments.
      Je viens d’acquérir une GoPro également, pour d’autres raisons que la vidéo sous-marine, mais il n’est pas impossible qu’à l’avenir l’une ou l’autre astuce soit publiée ici ou sur ma chaîne YoutTube.

      Belle prises de vues à toi.

  9. Bonjour,

    Tout d’abord merci pour vos nombreuses vidéos toujours très enrichissantes et pleines de conseils.

    Pour information, je compte m’équiper d’un appareil photo TG6 avec une platine (Hi-max à bras courbes) et des bras flex-arm (18cm+12cm) en “plastique-carbone” (sans flotteurs) et un (puis par la suite deux) flash S2000 Inon. L’objectif étant de conserver quelque chose de compact et facilement transportable en voyage.

    J’ai toutefois une question technique sur flex-arm : à quoi servent les “rondelles anti-rotation” qu’on trouve dans les pièces détachées ? Et le cas échéant faut-il prévoir d’avance pour un futur remplacement ou une usure ?
    https://www.flex-arm.com/fr/bras-carbone/accessoires-et-pieces-detachees/rondelles-anti-rotation-de-couleur-bleu-antb

    Merci !

    1. Bonjour Olivier,
      Merci pour le compliment.
      Les rondelles anti-rotation sont, me semble-t-il, pour les rotules qui se fixent sur les platines ou flashs. Pour les rotules pour Inon, il y a 4 ergots qui évitent que la rotule ‘tourne’ lorsqu’on les manipule et évitent que cela se dévisse. Dès lors, il y aurait la même chose pour fixer les rotules sur des platines. Sinon le pied lisse de la rotule pourrait glisser / pivoter sur la platine lisse.
      J’écris “me semble-t-il” car je n’ai pas eu besoin de ce matériel et je ne l’ai pas eu en test. C’est en faisant l’analogie avec les rotules pour Inon que cela m’est apparut comme logique. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’en acheter de réserve. A moins de les casser, cela ne s’usera pas. Ce n’est pas comme les joints sur les rotules qui peuvent s’user à force de serrer et de manipuler malgré tout les flashs.

      Le TG6 est un excellent appareil pour débuter et il offre une gamme très complète d’accessoires pour évoluer. Je serais curieux d’un jour tester le TG6 ou TG7. Lorsque vous aurez des photos, vous pouvez me contacter si vous voulez que nous passions en revue des photos via Skype.

      Cordialement,

      1. Bonjour,
        Merci de votre réponse !
        Concernant le TG6, je le prendrai a priori avec le nouveau caisson Seafrog pour TG6 (un peu plus compact que l’ancien pour TG6 apparemment) qu’on trouve aux alentours de 170 € sur des sites du pays d’origine… Donc je ne pourrai pas intégrer les différents accessoires spécifiques du TG6 mais qui de toute façon, de ce que j’ai pu lire, montrent rapidement leurs limites. Il sera testé en fin d’année à Las Galletas… où vous avez eu la chance d’aller depuis peu et ou je me rend chaque année…
        Merci aussi de votre proposition d’analyse de photos que je retiens dès lors que j’aurai quelques photos présentables…
        Bonne continuation

  10. Bonjour Olivier,
    Je n’ai pas utilisé de caisson Seafrog. Par contre il y a deux ans je les ai vu au salon de Dusseldorf. Je n’ai pas été convaincu. De plus, ils proposaient des flash “copie” de chez Inon, mais il n’y avait aucune fonctionnalité. Les boutons n’avaient aucune incidence. Cela faisait juste des éclairs de flash en manuel à pleine puissance. En résumé, je ne peu que vous inviter à la plus grande prudence. Peut-être avez-vous lu des tests sur ce matériel.
    Cordialement,

    1. Bonjour,

      Oui j’ai lu des retours très positifs sur ce caisson sur divers forums et aussi sur des sites spécialités ou vidéos de spécialistes. De même des plongeurs que j’ai croisé en sont très contents.
      Le nouveau caisson propose des améliorations (sur des points qui me dérangeaient) comme le placement des boutons maintenant identique à celui de l’appareil, un format plus compact (moins haut) , une face arrière transparente, et [à confirmer] il serait plus léger.
      Il est de plus donné pour étanche à 60m (les boutons du caisson Olympus sont réputés se bloquer à partir de 50 m, normal pour un caisson donné pour 45m) et intègre une alerte sonore en cas d’entrée d’eau.

      Par contre vous avez tout à fait raison pour le flash qui est aussi mauvais que vous le décrivez sur tous les forums où on en parle…
      Donc côté flash ce sera bien du Inon S2000.
      Et Flex-arm pour les bras + platine Hi-max
      J’espère quelques promos pour Black Friday pour passer commande…

      Bien cordialement.

  11. Bonjour,

    Concernant le câble optique, j’ai lu sur plusieurs site que du multi-brun est préconisé.
    Cela peut-être d’autant plus important que le câble est “tortillé”, comme le sont les câbles Inon mais pas le vôtre.
    On trouve par exemple du câble Seafrog avec connecteur type Inon (environ 25 €) pour une vingtaine d’euros mais c’est du monobrin.

    Avez pris du multi-brin ou bien n’avez pas constaté de différence avec du mono brin ?

    Merci encore une fois des précisions !

    1. Bonjour Olivier,
      En effet, le câble Multibrin est plus résilient à l’usure.
      Lorsqu’il est spiralé, c’est plus pratique pour ne pas avoir le câble qui pend. Il reste à sa plus petite taille possible.
      Par contre, question prix, ce n’est pas comparable.
      De mon côté, j’utilise un câble Inon multi-brin spiralé et un câble mono-brin non spiralé (du câble audio de chez Amazon).
      J’ai déjà cassé les deux types de fibres.
      Dans les deux cas, il y a un moment ou le signal ne passe plus car les brins sont cassés. Dans le multi-brins, cela se passera plus tard et sera peut-être moins directement visible: tantôt le signal passe, tantôt pas. Mais quand il faut changer … il faut changer, dans les deux cas :-).
      Je garde un câble spiralé en réserve lors de voyages, stages, …
      Pour la plongée de tous les jours et lors de voyage et stage, j’ai deux mètres de câble optique audio en réserve. Je dois de temps à autre recouper le bout (du mono-brin) qui est connecté au caisson qui souffre un peu plus.
      Ce qui coûte c’est en effet le connecteur. Le câble optique audio ne coûte pas grand chose et il est bien protégé. En le passant dans / autour des bras de flash, il peut-être placé pour ne pas pendre.
      Question efficacité en fonctionnement normal (hors casse), je n’ai pas noté de différence entre le mono-brin et le multi-brin. Je continue à utiliser le mono-brin audio à chaque plongée.
      Donc, le câble Sea-Frog à 29$ spiralé, même mono-brin, me semble une bonne affaire. Le prix des connecteurs en Inon vaut presque ce prix-là.

      Cordialement,

        1. Bonsoir Olivier,

          C’est bien ce type de câble. Il est standard. Je coupe les embouts spécifique à l’audio, j’enlève un peu de protection caoutchouc pour avoir la gaine noire principale d’une longueur suffisante pour entrer dans le connecteur Inon. C’est pas plus compliqué que de dénuder du fil électrique. Il faut juste être prudent pour ne pas aller trop loin lorsque l’on dénude. Comme pour le câble électrique ;-). Les extrémités doivent être aussi nettes et droites que possible: couper franchement avec un pince ou une paire de ciseaux correctement aiguisé.

          Je vois qu’il y a du 10 mètres pour 5 euros. Encore moins cher qu’Amazon.

  12. Bonjour,

    J’ai encore une question concernant flex-arm…

    Quelles pinces de serrages faut-il selon vous prévoir ? Les classiques ou les evo-45 ? Quelles différences à l’usage ?

    Je ne prévois pour l’instant que des bras “plastique-carbone”, mais me dit que pour pouvoir faire évoluer le matériel les pinces “evo 45” seront peut-être indispensables.
    J’aurai aussi pour le moment une lampe mares EOS 12 d’un côté et elle pèse quelques centaines de grammes (1 Flash Inon S2000 + TG6 pour le reste).

    A noter que les evo sont moins chères sur Amazon que sur leur propre site… Et ils ne proposent pas de kit bras “pastique-carbone” avec des evo…
    Je prévois aussi prendre une poignée de transport mais il semble qu’elle ne puisse se mettre que sur les evo 45 car il faut le petit crochet que ne semblent pas avoir les pinces classiques.
    J’ai essayé de leur envoyer un mail pour avoir un prix pour un kit avec evo 45 mais ils ne répondent pas. Je tenterai peut-être ma chance par téléphone.

    Merci encore une fois du temps que vous passez à dispenser vos précieux conseils !

    1. Bonjour Olivier,
      Personnellement j’ai testé les EVO 45 et 65 (avec les bras de flash Hugyfloat de chez Hugyfot). Pour la poignée de transport, les EVO ont en effet l’œillet pour accrocher la poignée. Il y a aussi la poignée avec des boules, mais c’est moins pratique lorsque l’on veut enlever la poignée. Il faut défaire une pince de serrage à 3 boules.
      Si tu as Facebook, tu peux aussi les contacter par messenger via leur page FB.
      J’ai contacté la personne qui m’avait envoyé le matériel pour voir s’il pouvait répondre à tes questions. Il faut cependant leur parler en anglais. Je ne sais pas si c’est un problème pour toi.
      Sinon envoie-moi tes questions, je les lui enverrai.

      Cordialement,

  13. Les evo 45 semblent plus larges que les classiques et sont peut-être plus adaptés aux flottants qu’ils appellent “carbone”.
    Je les ai contacté par FB (en anglais) et verrai s’ils répondent la semaine prochaine. Je veux bien votre contact si ma question restait dans réponse.
    Je leur ai demandé quel serait le prix pour deux kits de bras avec chacun 1 segment de 18 cm + 1 segment de 12 cm + 3 pinces evo 45 et si ces pinces sont aussi adaptées selon eux aux bras carbone (mon idée étant juste d’avoir quelque chose de plus évolutif pour pouvoir passer à des bras flottants sans changer l’existant).
    Pour la poignée je pourrai prendre deux pinces evo 45 juste pour mettre à la base.
    Encore merci pour les éléments

  14. Quelqu’un m’a répondu et m’a dit qu’ils me mettrait les evo 45 dans les kits !
    Super et merci.

    H.S. : j’ai compris à quoi servent les fameuses rondelles dont nous avions parlé : elles viennent entre les boules et les bras flottants en carbone (vu sur une photo sur le FB).

    1. Oui, ce doit être Federico. Je lui ai envoyé un message et m’a dit avoir vu le tien cet après-midi. Il vient d’être papa d’une petite fille. D’où le délai de réponse. La société n’est pas très grosse à ce que j’ai pu comprendre.

  15. Oui c’est bien ce nom là.
    Merci de ton intervention (avant que tu interviennes un précédent message était lui resté sans réponse).
    Et le délai de réponse a cette fois ci été au contraire super rapide d’autant plus qu’il aurait normal aussi qu’il ne réponde que lundi…

  16. Bonjour,

    Merci pour tous ces comptes rendus ! Et félicitations pour et les belles photos réalisées et votre classement… d’autant plus que certains photos primées n’étaient pas forcément meilleures (à la vue d’un néophyte que je suis en tout cas) mais tout ça est affaire du goût du jury.

    Concernant le Spring Arona Gran Hotel, que je fréquente assez régulièrement (quelques jours vers Nouvel An bientôt), je suis assez étonné de cette ambiance très bruyante. Certes le hall résonne beaucoup mais de ce que j’ai vu les animations du soir n’y déroulaient pas et avaient lieu dans des salles. Cependant je loge en général dans les chambres avec vue mer dans l’aile de l’autre côté du hall.
    A se demander s’ils n’ont pas voulu sortir le grand jeu pour vous …

  17. Merci pour les compliments. Il est sûr que la composition du jury influence les résultats. L’important c’est déjà d’être content de ses propres résultats: les photos produites et pas le classement 😊
    Les soirées étaient au bord de la piscine et à l’intérieur. Une des soirée était celle des “Tours Opérateurs”. Et puis il y a eu des soirées à thème. Lors de mes réclamation à 2h00 du matin car je n’arrivais pas à dormir, on m’a répondu à la réception que c’était normal pour distraire les vacanciers et que si je ne pouvais pas dormir, je n’avais qu’à aller danser.
    Par contre, je veux bien croire qu’ils ne nous ont pas donné les chambres les mieux situées par rapport au calme.
    Je n’ai donc malheureusement pas du tout la même expérience que vous.
    Je suis resté quelques nuits avant dans un AirBnB à Las Galletas et c’était bien plus confortable et moins cher.

  18. Bonjour
    Je possède un Nikon D90 en caisson Ikelite avec un flash DS160.On vient de me donner un flash sb 105 nikon,qui fonctionne en slave (pas a chaque fois)je voudrais l’équiper d’une fibre.Ou trouver la fibre?.
    Merci

    1. Bonjour Noël,
      La fibre je l’achète sur Amazon.fr. Maintenant, si vous allez chez votre marchand Audio / Vidéo près de chez vous, il devrait en avoir aussi. C’est de la fibre optique classique pour l’audio. Il n’est pas multi-brin qui lui assure une certaine redondance de l’information lorsque certains brins sont cassés. Mais la différence de prix et l’occurrence de la casse m’ont fait opter pour cette solution.
      Je voudrais également attirer votre attention sur les points suivants:
      – Le SB 105 ne fonctionnera qu’en Manuel avec le D90 avec le flash en mode manuel manuel et le DS160 en manuel. Toute la chaîne doit être en manuel. Sinon le SB105 se déclenchera au pré-flash. Si la puissance demandée est faible (1/16), il déclenchera peut-être également au flash principal. Ce qui explique peut-être le pourquoi de votre message “pas à chaque fois”.
      – Le câble optique ne pourra fonctionner qu’en le plaçant sur la cellule esclave avant du flash. Il n’y a pas de câble optique qui va se placer sur la connectique électrique. Sinon il faut un convertisseur optique-électrique. J’ai fait une vidéo sur le “recyclage” d’un SB-105: http://www.plongeephoto.com/recycler-un-nikonos-sb-105/

      Personnellement, je n’utilise le 105 que comme flash déporté pour créer des ambiances sur des épaves, dans des cavités, etc …
      C’est un vieux flash, encombrant, robuste mais non compatible avec les TTL numériques.

      En résumé, si vous voulez l’utiliser comme éclairage principal avec le DS160, il faut travailler en manuel avec une fibre optique qui relie le DS160 ou le caisson au 105 (face avant). Sinon, c’est le placer de sorte que la cellule esclave du 105 puisse capter l’éclair du DS160.

      Question: votre DS160 est connecté en optique ou en électrique avec le D90 ?

      Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser.
      On peut aussi se parler via Skype. Cela peut-être plus facile pour les échanges questions / réponses.

  19. Bonjour. J’ai acheté un caisson ikelite neuf pour un olympus TG4.-60m . Lors de ma toute première utilisation, A -35 -40, les boutons se bloquent et il m’est impossible de l’utiliser. Je l’ai rapporté au magasin. Ils m’ont dit que je ne l’ai pas bien entretenu tel qu’ il faut bien le faire et que dans ce cas là, la garantie ne joue pas. Que me conseillez vous? Y réaliser 1 bon nettoyage tel vous l’expliquez dans votre vidéo? Je vous remercie pour vos conseils . Roland charlier

    1. Bonjour,

      Si votre caisson est neuf vous n’avez pas eu besoin de l’entretenir. Cet argument me semble absurde.
      Pour ma part je nettoie et rince les boutons après les plongées en eau salée.
      En eau douce j’active les boutons et sèche le caisson avant de l’ouvrir.
      Je nettoie et graisse les joints régulièrement.
      Mais les ressorts, je ne les nettoies pas. De temps à autre, lorsque je trouve que les ressorts ne fonctionnent plus bien, je l’apporte pour faire changer les ressorts. mais cela se produit après quelques centaines de plongées.
      Si ce n’est q’un bouton, il peut être encrassé et le laisser tremper peut aider si c’est soluble.
      Si ce sont tous vos boutons qui sont “écrasés” par la pression et qui rendent l’appareil inactif, c’est un défaut de construction: de mauvais ressorts ou autre.
      De plus, vraiment, si vous avez cela à votre première plongée, c’est n’importe quoi. Je ne me laisserais pas faire par ce vendeur qui refuse de faire jouer la garantie.

  20. Bonjour Pierre,
    J’ai récemment fait l’acquisition d’un Canon powershot S100 + caisson Recsea S100 d’occasion en super état (je fais déjà bcp de photo terrestre avec un EOS 450D) pour me lancer gentiment à moindre frais.
    Le caisson est en super état mais je n’ai pas de repère quant à la dureté “normale” des boutons. Tous s’enfoncent bien (bien que cela me paraisse un peu dur) et remontent sans soucis. Pas de crasse ni dépôt apparent. Penses-tu que je doive procéder quand-même à un nettoyage en profondeur?
    Merci des conseils!

    1. Bonjour Gilles,
      Pas spécialement. Les boutons sont toujours assez durs car les ressorts doivent pouvoir contrer des pressions de plusieurs atmosphères. Par exemple un caisson “30 mètres” doit pouvoir repousser 3 atmosphères (on considère qu’il y a déjà une atmosphère dans le caisson) soit 3 kg/cm². 40 mètres: 4 ata, etc …
      Donc c’est normal que cela soit un peut “dur”.
      Si lorsque tu les enfonces ils ne “grippent” pas, c’est ok.
      Fait toujours un test en plongée avec le caisson à vide et en jouant avec les boutons durant la plongée et surtout au point le plus profond.
      Personnellement, j’entretiens bien mon caisson mais ne le fait réviser que tous les deux ans (+- 100 plongées).

      1. Bonjour Pierre,
        Merci pour les conseils!
        J’ai eu l’occasion de tester caisson et appareil dans la rivière qui passe à côté de chez moi, tout fonctionnement parfaitement (à 2m de profondeur 😜)! 😊
        Le caisson n’a pas de platine, je pensais utiliser celle que j’avais pour ma gopro (marque backscatter). Qu’en penses-tu? Trouves-tu qu’il y ait une réelle plus-value?

        1. Bonjour Gilles,

          Pour moi la réponse est simple: oui. Une platine permet:
          – de fixer des bras de flash / lampe + les lampes et flashs
          – de stabiliser la prise de vue grâce à une prise à deux mains
          – de placer des portes-accessoires
          – d’installer un système d’accroche
          – de pouvoir poser l’appareil au sol
          – d’utiliser un trépied (en fonction de la platine)
          En Bref: oui, essaye cette platine en espérant qu’elle soit assez large.

  21. Bravo Pierre-Bernard,

    Ta vidéo est extrêmement informative. Je me demandais pourquoi les versions Z240/Z330 n’étaient pas compatibles et j’avais du mal à saisir toutes ses fonctionnalités (en particulier la “soufflette”).

    Merci de ce beau travail.