Mise en pratique – Contrôle de l’ambiance d’arrière plan

Bonjour les Amoureuses / eux du monde du silence !

Vous avez déjà vu ces photos macro à l’arrière plan sombre (voir noir) mettant en évidence le sujet principal. Ou bien vous aimez ces photos au grand angle avec un bleu profond, un soleil réduit à une petite tache claire. Il y a évidement des cas où vous voulez une ambiance plus claire pour donner une meilleure vision du milieu et du décor. Mais comment y arriver ? Sur quel paramètre jouer sans sous-exposer toute la photo et donc préserver le sujet principal.

Vous pouvez également lire l’article “Un (gros) avantage des appareils compacts (ou hybrides)” dans lequel j’aborde ce sujet. Afin de mettre en pratique cette notion, je vous décris pas à pas un exercice qui vous apprendra à gérer l’arrière plan de votre photo. Vous allez découvrir comment avoir un arrière-plan sombre ou clair en fonction de l’émotion que vous voulez transmettre au travers de votre photo.

Pour réaliser cet exercice, vous devez choisir un mode manuel afin de garder le contrôle de votre exposition et un flash externe pour éclairer votre sujet en premier plan. L’astuce est simple: l’exposition de votre sujet est définie par le flash et l’arrière plan par la durée d’exposition (vitesse).

Voyons comment cela se met en oeuvre.

En mode manuel:

  1. vous mettez en place votre scène (ici: un petit sous-marin playmobil)
  2. Choisissez une ouverture (elle déterminera votre profondeur de champ et la puissance du flash nécessaire pour éclairer le sujet principal)
  3. Définissez / fixez votre sensibilité (800 iso dans l’exemple ci-dessous) mais surtout pas en mode auto
  4. Choisissez une vitesse adaptée à une exposition correcte pour votre appareil. Prenez une photo. Vous obtenez ainsi une photo dont l’arrière plan est assez neutre
  5. Augmentez la vitesse (diminuez la durée d’exposition). Prenez une photo et vous verrez l’arrière plan s’assombrir
  6. Diminuez la vitesse (augmentez le temps d’exposition). Prenez une photo et vous verrez l’arrière plan s’éclaircir au fur et à mesure de cette augmentation
Sony RX-100M5 – Iso 800 – 24 mm – f / 4.0 – 1/40 s
Sony RX-100M5 – Iso 800 – 24 mm – f/4.0 – 1/100 s
Sony RX-100M5 – Iso 800 – 24 mm – f/4.0 – 1/400  s
Sony RX-100M5 – Iso 800 – 24 mm – f/4.0 – 1/2000 s

Faites cela à différentes vitesses pour voir quel sont les effets et ce qu’il se passe avec des valeurs extrêmes. Par exemple:

  • Très lent: photo trop claire, sujet flou à cause du bougé
  • Très rapide: jusqu’à la limite de la vitesse par l’appareil (en général entre 1/200 et 1/2000 en fonction du type d’appareil). L’arrière plan est très sombre (voir carrément noir). La zone d’éclairage du flash et sa variation d’éclairage sont perceptibles.

Cas particuliers / extrêmes:

Sony RX-100-M5 – Iso 125 – 27 mm – f / 10 – 1/400 s

Si vous êtes dans un environnement vraiment très clair et que vous avez atteint la vitesse maximale de votre appareil avec le flash, vous avez les options suivantes:

  • Assurez-vous d’être à la sensibilité la plus basse possible
  • Fermez le diaphragme (vers un nombre plus grand). Attention à la puissance du flash pour éclairer le sujet en premier plan. Il vous faudra peut-être vous rapprocher ou utiliser un flash plus puissant
  • Peut-être est-il possible de descendre de quelques mètres pour être dans un environnement plus sombre ou trouver un surplomb qui cachera le soleil?

 

Si vous êtes dans un environnement vraiment très sombre et que vous  avez atteint la vitesse minimale au-delà de laquelle vos photos sont floue car il y a du bougé (de votre part ou de celle du sujet), vous avez les options suivantes:

  • Augmentez votre sensibilité. Vous augmenterez ainsi le “bruit” de votre photo. Je vous invite à (re-)lire l’article précédent à ce sujet, car ce n’est pas forcément un problème: “La sensibilité et le bruit numérique”
  • Ouvrez le diaphragme (perte de la profondeur de champ: une plus grande partie de votre sujet sera flou en dehors de la zone de mise au point). Comme expliqué dans l’article suivant: “La profondeur de champ”
  • Peut-être est-il possible de remonter de quelques mètres pour être dans un environnement plus clair
Nikon D800 – Iso 400 – 14-24 mm 2.8 @ 16 mm – f / 8.0 – 1/125 s

Note : il faut une source de lumière ponctuelle dans le temps comme un flash car une lampe sera affectée par la vitesse d’obturation au même titre que la lumière ambiante.

Il vous reste à prendre votre matériel et à faire l’exercice pour voir comment utiliser votre appareil et déterminer quelle ambiance vous fait le plus vibrer. ce qui peut varier d’un lieu de plongée à l’autre ainsi que selon votre humeur.

Dans la zone “commentaires”, n’hésitez pas à me poser des questions dont les réponses vous aideront à progresser en photo sous-marine.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

4 Comments

  1. Pingback: L'importance des diffuseurs de flashs | Plonger et faire des photos

    1. onjour Jean-Paul,
      Je vous remercie pour cette question. Bien que je ne le fait pas car c’est compliqué (j’aime ce qui est simple), c’est un bon exercice de pensée.
      Le problème avec les modes automatiques et semi-automatiques des appareils photos c’est qu’ils n’en font qu’à leur tête. C’est à dire ils suivent leur programme.
      Mais voyons tout de même ce que nous pouvons faire.
      Il faut alors baisser la vitesse pour permettre suffisamment de lumière entrer dans l’appareil (ou l’augmenter si vous êtes dans des zones à forte lumière). De son côté il va fermer l’ouverture (ou l’ouvrir) pour que ce ne soit pas trop éclairé. Dès lors, la puissance de votre flash limitera la distance à laquelle vous pourrez éclairer correctement votre sujet.
      Avec de la chance, votre photo sera bien exposée.
      Si le bleu n’a pas la tonalité voulue (clair / foncé) vous pouvez jouer avec la correction de l’exposition. + pour éclairer et – pour assombrir.
      Attention qu’à ce moment-là, il va probablement commander un éclaire de flash plus puissant (ou moins puissant – respectivement). Il faudra alors compenser la puissance de flash (- si vous avez demandé de sur-exposer la photo pour éclaircir les bleus et + si vous avez demandé de sous-exposer la photo pour assombrir le bleu).
      De plus en fonction de l’inclinaison de l’appareil la quantité de bleu et de lumière va varier et le rendu va changer et l’appareil modifiera les réglages et vous devrez réadapter la compensation de l’exposition et la puissance des flashs.
      Cependant, en photographiant en RAW vous pourrez corriger une bonne partie au développement de la photo.
      Le mode manuel est vraiment la meilleure solution pour contrôler son exposition. En général cela revient au final à ne régler qu’une valeur:
      ISO est fixé: on n’y touche pas
      Vitesse: c’est la priorité que vous avez choisie car vous avez sans doute un choix artistique là derrière.
      Ouverture: vous la définissez pour obtenir le bleu que vous voulez

      J’espère que cela répond à votre question. Si vous avez besoin de plus de précision, ce sera avec plaisir.
      Si vous avez un cas plus précis en tête je peux vous indiquer d’autres options en jouant sur la sensibilité mais là, le bruit peut devenir gênant en fonction de votre appareil.

  2. Bonjour Jean-Paul,
    Je vous remercie pour cette question. Bien que je ne le fait pas car c’est compliqué (j’aime ce qui est simple), c’est un bon exercice de pensée.
    Le problème avec les modes automatiques et semi-automatiques des appareils photos c’est qu’ils n’en font qu’à leur tête. C’est à dire ils suivent leur programme.
    Mais voyons tout de même ce que nous pouvons faire.
    Il faut alors baisser la vitesse pour permettre suffisamment de lumière entrer dans l’appareil (ou l’augmenter si vous êtes dans des zones à forte lumière). De son côté il va fermer l’ouverture (ou l’ouvrir) pour que ce ne soit pas trop éclairé. Dès lors, la puissance de votre flash limitera la distance à laquelle vous pourrez éclairer correctement votre sujet.
    Avec de la chance, votre photo sera bien exposée.
    Si le bleu n’a pas la tonalité voulue (clair / foncé) vous pouvez jouer avec la correction de l’exposition. + pour éclairer et – pour assombrir.
    Attention qu’à ce moment-là, il va probablement commander un éclaire de flash plus puissant (ou moins puissant – respectivement). Il faudra alors compenser la puissance de flash (- si vous avez demandé de sur-exposer la photo pour éclaircir les bleus et + si vous avez demandé de sous-exposer la photo pour assombrir le bleu).
    De plus en fonction de l’inclinaison de l’appareil la quantité de bleu et de lumière va varier et le rendu va changer et l’appareil modifiera les réglages et vous devrez réadapter la compensation de l’exposition et la puissance des flashs.
    Cependant, en photographiant en RAW vous pourrez corriger une bonne partie au développement de la photo.
    Le mode manuel est vraiment la meilleure solution pour contrôler son exposition. En général cela revient au final à ne régler qu’une valeur:
    ISO est fixé: on n’y touche pas
    Vitesse: c’est la priorité que vous avez choisie car vous avez sans doute un choix artistique là derrière.
    Ouverture: vous la définissez pour obtenir le bleu que vous voulez

    J’espère que cela répond à votre question. Si vous avez besoin de plus de précision, ce sera avec plaisir.
    Si vous avez un cas plus précis en tête je peux vous indiquer d’autres options en jouant sur la sensibilité mais là, le bruit peut devenir gênant en fonction de votre appareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.