Les différents types de diffuseurs

Salut les Amoureuses / eux du Monde du Silence,

Vous êtes maintenant sans doute convaincu.e ou intéressé.e par l’utilisation d’un diffuseur pour votre flash (si vous ne voyez pas de quoi je parle, l’article est ici: Pourquoi les diffuseurs de flash sont si important). Oui mais lequel ? Il existe plusieurs modèles, plusieurs formes et accessoires … Voici mon expérience avec différents modèles. Sans prétendre que tel marque ou modèle est meilleur qu’un autre, je vais parler de leurs caractéristiques ou principes que vous pouvez chercher chez d’autres fabricants.

J’utilise principalement deux flashs Inon Z-240 qui sont fournis avec deux diffuseurs. J’ai pourtant acheté un troisième diffuseur. Voici pourquoi.

Diffuseurs plats

Les flashs Inons sont fournis de base avec deux diffuseurs plats. Ces diffuseurs se vissent sur le flash. Ils sont bien pensés puisque il y a un trou prévu pour la lampe pilote (qui vous permet également de positionner et diriger correctement vos flashs par rapport au sujet. Vous ne perdez pas cette fonctionnalité comme avec l’ajout un diffuseur qui recouvrirait le tout. De plus Inon vous livre également dans le kit un petit filtre rouge qui vous permet de ne pas effrayer votre sujet la nuit. Evidemment, lors de l’éclair du flash, la lampe s’éteint et se rallume après. Mais pourquoi deux diffuseurs me demanderez-vous. Ce n’est pas pour les superposer et diffuser encore plus. En fait, chacun a une température de couleur un peu différentes. L’un est plutôt “froid” (lumière plus bleutée) et l’autre plutôt “chaud” (lumière plus jaune).  Cette différence est importante en fonction de la couleur de l’eau dans laquelle vous plongez.

Un diffuseur froid dans une eau bleue aura tendance a refroidir la couleur de votre sujet (teinte bleutée) vous allez vouloir la réchauffer (accentuer les jaunes-oranges). Or cela va se faire sur l’ensemble de la photo. Le bleu de la mer va aussi être réchauffé et avoir une teinte verdâtre (jaune+bleu = vert). Au contraire, un diffuseur chaud vous force (ou votre appareil photo) à compenser en rendant les couleurs plus bleues (plus froides). L’eau sera alors rendue plus bleue, ce qui la renforce. En eau bleue, un diffuseur chaud est donc vivement conseillé.

Dans des eaux plus vertes car riches en plancton dans le nord de l’Europe (atlantique nord, manche, mer du nord, mer baltique, …), un diffuseur froid rajoutera une teinte jaune au vert de l’eau ce qui est moins gênant qu’une teinte bleue provenant de la compensation d’un éclairage plus chaud.

A emporter:

  • En mer bleue: utiliser un diffuseur donnant une lumière chaude (jaunâtre) – T° de couleur petite (p.ex 4600 °K)
  • En mer verte: utiliser un diffuseur donnant une lumière froide ( bleutée) – T° de couleur élevée (p.ex 5200 °K)

Attention: ici, lorsque je parle de t° de couleur chaude ou froide c’est relatif par rapport au soleil de midi. On est d’accord que un lumière jaune d’une bougie reste plus bas vers les 2700 °K et qu’une lumière froide comme le crépuscule est plus vers les  7200 °K.

Il est important de rester dans la zone de la lumière du jour pour ne pas avoir une différence de couleur trop importante.

Cette discussion avec les diffuseurs est d’application si vous utilisez des lampes que vous utiliseriez pour éclairer vos photos.

Diffuseurs dôme

Et pourtant j’ai acheté un autre type de diffuseur: un diffuseur en forme de dôme. Je les préfère car ils atténuent encore mieux les ombres, rendant la photo plus douce. Ils se mettent simplement sur le flash. Je les attache via une cordelette pour éviter de les perdre et pouvoir les enlever en cas de besoin de la puissance maximale. Je ne plonge plus qu’avec eux pour le grand-angle. Je les utilise aussi en macro lorsque je n’ai pas mes snoot avec moi( Cf. Utilisation d’un snoot en Macro).

Par contre je n’ai pas d’estimation de la température de couleur fournie par le constructeur. A vérifier de votre côté si vous souhaitez en acquérir un. Lors de mon achat, je n’étais pas au courant de l’importance de la couleur du diffuseur pour le rendu de l’arrière plan. Comme quoi nous apprenons tout au long de notre voyage de photographe du Monde du Silence.

Conclusion
2 diffuseurs plats de t° de couleur différentes avec ou sans filtre rouge pour la lampe pilote et un diffuseur sphérique au milieu.

En grand angle j’utilise toujours un diffuseur: pour la qualité de la lumière et pour la couverture. Si je perds bien un peu de puissance, je préfère compenser par l’augmentation de la sensibilité d’un cran (1/3 EV – ex: passer de 100 à 125 ISO) ou deux (2/3 EV – ex: passer de 100 à 160 ISO) si je ne veux pas modifier l’effet esthétique de la vitesse ou de l’ouverture.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à vous abonner à ma page Facebook pour être averti des prochains articles concernant la photographie sous-marine.

Si vous ne l’avez pas encore fait, n’hésitez pas à télécharger gratuitement mon livre numérique “4 étapes pour réussir ses photos macro sous l’eau”.

Je vous invite aussi à vous abonner à ma chaîne YouTube “Plongée Photo” ou vous trouverez d’autres sujets et des compléments à ceux abordés dans ces articles.

 

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.