La base du positionnement des flashs et lampes

Bonjour les Amoureuses / eux du Monde du Silence,

Si vous êtes comme moi, vous vous posez des questions sur le positionnement des flashs ou des lampes pour éviter les particules et créer une bonne exposition. Bien qu’il n’y aie pas de solution miracle lorsque l’eau est vraiment trop chargée (à part chercher un autre endroit, abrité, ou l’eau est plus claire), vous trouverez ci-dessous les principes qui guident le positionnement de la lumière artificielle lors de la prise de photos sous-marines.

Premier principe

La première chose à savoir c’est que pour minimiser les particules, il faut minimiser la quantité d’eau éclairée entre l’objectif et le sujet. Les cônes de lumière provenant des flashs doivent offrir le plus faible volume commun avec le cône de vision de l’objectif. Cela se traduit en pratique par une règle simple:

  • Plus le sujet est éloigné de l’appareil, plus les flashs doivent être éloigné du caisson
  • Plus le sujet est proche de l’appareil, plus les flashs doivent être proche du caisson
Flash proche = sujet proche
Flash éloigné= sujet éloigné

Ce n’est donc pas le type d’objectif qui détermine la position des flashs (Grand-angle => Flash éloigné et Macro => objectif rapproché) mais la distance du sujet par rapport à l’objectif.

  • Si vous faites une photo close-up avec un grand-angle, vous devez rapprocher vos flashs
  • Si vous faite une photo éloignée d’une tête de poisson avec un 100 mm macro, vous devez écarter vos flashs

=> la règle à retenir : minimiser la quantité d’eau éclairée entre le sujet et l’objectif (tout en éclairant le sujet)

 

Schéma 1

Dans ce premier schéma (je suis un grand dessinateur ;-), le poisson est éloigné. Le flash en position (A) éclaire le poisson ainsi qu’une zone (1) d’eau qui contient forcément des particules. Elles seront donc éclairées et visibles sur la photo.

En écartant le flash du caisson (position B), le cône de lumière se rapproche du sujet et n’éclaire plus la zone 1 avec les particules.

Schéma 2

Dans ce deuxième schéma, le poisson est plus proche. Le flash dans sa position initiale n’éclaire qu’une partie du poisson. Le sujet sera donc partiellement mal éclairé. En le rapprochant du caisson, le cône de lumière éclaire l’ensemble du poisson.

Second principe

La seconde chose tenir en compte c’est la quantité et la qualité de la lumière qui provient des sources lumineuses (naturelle et artificielle) et qui atteint les sujets photographiés. Il faut que cette lumière soit consistante entre les différentes sources pour obtenir un éclairage vraisemblable. Dans la plupart des cas simples (un sujet plutôt grand) cela veut dire qu’il faut éviter:

  • des flashs positionnés à des distances différentes du sujet (le sujet sera alors illuminé différemment créant des expositions différentes: la source la plus proche éclairera plus. Plus le sujet est proche, plus cela sera visible.
  • des flashs orientés différemment: les cônes de lumières qui atteignent le sujet auront des puissances différentes et donneront donc des éclairages différents

Ces deux premiers points sont dus au fait que la puissance de la lumière diminue très rapidement avec la distance. Ce n’est pas proportionnel à la distance mais au carré de la distance. Donc, si un flash est 1,25 fois plus loin que l’autre, il sera 1,6 fois mois puissant. Cela correspond à 2/3 d’IL. Si le terme IL ne vous dit rien vous en retrouverez l’explication dans mon article Charabia sur l’exposition (Partie 2) qui est la suite de l’introduction à l’exposition Charabia sur l’exposition (Partie 1).

Ces variations relatives de distances sont d’autant plus rapides que les flashs sont proches du sujet. En effet, 2,5 cm de différence à 10 cm sont proportionnellement plus importants que 2,5 cm à 1m. Il est donc plus facile d’avoir une lumière homogène avec des flashs écartés. Mais … on éclaire plus d’eau et il y a donc plus de risque de particules et nous avons moins de puissance. A 1m nous avons 100 fois moins de lumière qu’à 10 cm !

  • toutes autres choses égales, des flashs réglés avec une puissance différente (ou des lampes de puissance différente)
  • des sources de couleurs de température de couleur différentes. Vous aurez dans ce cas des rendus de couleur différents qui pourront se mélanger.

En général, les flashs doivent être positionnés

  • droits (dans le même plan que celui de l’appareil). 
  • de façon symétrique (même distance par rapport au caisson et au centre)
  •  au niveau du hublot. Pour un fish-eye (ou un très grand angle), il est recommandé de placer les flashs en arrière au niveau des poignées du caisson. L’écartement latéral par rapport au caisson restant fonction de la distance sujet-objectif (cf. sujet précédent).

Bonus: la lumière ambiante est diffuse de par la nature de l’eau. Vos sources doivent aussi l’être pour être de qualité. Je vous renvoie vers mon article “Pourquoi les diffuseurs sont importants“.

Conclusion

Comme toujours, la pratique sera votre meilleure alliée pour maîtriser l’éclairage de vos photos et le positionnement de vos sources lumineuses. Cela veut aussi dire qu’il faut jouer, modifier régulièrement la position de vos flashs en fonction de votre sujet. Il n’y a pas de position magique qui convient parfaitement pour tous les sujets. Ceci doit être fait intentionnellement. Cela veut dire que vous réfléchissez à pourquoi vous le faites en prédéterminant l’effet sur l’éclairage de la photo. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vous tromper en inversant par exemple l’effet escompté. Vous pourrez alors corriger le tir dans la bonne direction ou simplement affiner la position et le résultat attendu. Vous pouvez aussi simplement partir à la découverte des effets d’un positionnement non conventionnel (par l’arrière, le  dessous, …)

La bonne nouvelle, c’est qu’avec de l’attention et de la pratique vous y arriverez et que cela deviendra aussi facile que gérer les autres paramètres de votre appareil photo.

Dans de prochains articles j’aborderai différentes configurations, orientations et positions lorsque vous avez un ou deux flashs et selon les conditions de prise de vue.

D’ici notre prochain échange, je vous souhaite de bonnes plongées et de belles photos !

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à le partager et à vous abonner à ma page Facebook pour être averti des prochains articles concernant la photographie sous-marine.
Je vous invite aussi à vous abonner à ma chaîne YouTube “Plongée Photo” ou vous trouverez d’autres sujets et des compléments à ceux abordés dans ces articles.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.