7 réglages de votre appareil pour la photo sous-marine

Bonjour les Amoureuses / eux du Monde du Silence !

Nos appareils sont de plus en plus performants et ils s’accompagnent de menus de plus en plus complets avec un grand nombre de fonctions. Mais quelles sont celles qui sont importantes pour la photographie sous-marine ? Sans entrer dans les détails des menus de tous les appareils photos (il y en a trop de différents), je vais vous partager 7 réglages qu’il faut avoir fait pour profiter au mieux des capacités de votre appareil: aussi bien sous l’eau que lors du développement.

N.B. Il peut être nécessaire d’avoir le mode d’emploi de votre appareil pour trouver ses réglages et les connaître.

La sensibilité maximale
Nikon D800

Nos appareils proposent des sensibilités de plus en plus élevées. Ceci est bien utile pour nos plongées en faible lumière. La façon de gérer le bruit associé (cf. l’article “La sensibilité ISO et le bruit numérique“) est fonction de la marque et du modèle. De même en fonction de ce que vous faites de vos photos (partage sur les réseaux sociaux, impression 10×15, décoration murale, diaporama, …) le bruit acceptable sur vos photos sera différent. Votre appréciation personnelle entrera également en jeu.

Sony RX100 – M5

La plupart des appareils récent permettent de définir une sensibilité maximale à ne pas dépasser lorsque vous êtes en mode “ISO Auto“. Il vous faut donc déterminer quelle est cette valeur en fonction de votre préférence, de votre appareil et de l’utilisation de vos photos.

Enregistrer VOS images avec la meilleure qualité possible
Sony RX10-M5

C’est un mantra que je répète souvent: prenez vos photos au format RAW de votre appareil. Configurez donc votre appareil pour prendre des photos en RAW et, si vous le souhaitez, en JPEG en plus. Les fichiers bruts ont des extensions variables en fonction du fabriquant (NEF pour Nikon, ARW pour Sony, …)

Pour plus de détails sur l’intérêt du format RAW, je vous renvoie vers l’article traitant du sujet: Pourquoi photographier en RAW

Nikon D800 – Le Jpeg associé est minimaliste. Ce qui compte c’est le RAW (sauf pour certaines compétitions où il faut remettre le JPEG)

Si vous n’avez pas de format RAW disponible sur votre appareil, choisissez un format comme le TIFF qui ne subit pas de détérioration de l’image.

Si vous n’avez que du JPEG à votre disposition, prenez la meilleure qualité (je ne parle pas du nombre de pixels ici), c’est à dire la plus faible compression.

Enregistrez vos imageS avec la meilleure résolution possible
Nikon D800

Ici je parle bien du nombre de pixels. Les appareils proposent souvent de choisir la taille (ou résolution) des photos que vous enregistrez. Cela permet d’en mettre plus sur votre carte mémoire, mais cela dessert votre utilisation future de l’image. Prenez vos photos avec une résolution la plus grande possible. Plus il y a d’information, mieux c’est. Vous pourrez toujours redimensionner vos photos par la suite si elles sont trop grandes pour l’usage souhaité. De plus si vous photographiez des petits sujet, vous pourrez recadrer pour ne garder que votre sujet. En choisissant une plus grande résolution, vous aurez plus de points dans votre sujet, plus de détails, plus de possibilités pour imprimer en grand.

Sony RX100-M5

L’inverse n’est pas vrai, si votre image est trop petite, toutes les options pour agrandir votre photo ne sont que artifices qui inventent de l’information (des pixels, de l’image) qui n’existe pas.

Ce point-ci et le précédent sont importants pour vous permettre un développement et un traitement optimaux de vos photos.

Définissez vos raccourcis
Sony RX100-M5

De plus en plus de modèle d’appareils proposent de configurer certains boutons, certains menus pour accéder plus rapidement à des paramètres dont vous voulez changer les valeurs. Cela évite de devoir naviguer à travers des menus multiples et variés.

Si votre appareil possèdent ce type de fonctionnalité, cela vaut la peine de relire le mode d’emploi de votre appareil et de configurer ces raccourcis.

Quelques exemples:

  • le mode de mesure de la l’exposition (matricielle, centrale pondérée, spot) Si le mode de mesure de la lumière ne vous dit rien, j’ai écris un article sur ce sujet: Choisir son mode de mesure de l’exposition
  • La sensibilité
  • La balance des blancs
  • Le mode de flash
En mode manuel, désactivez la Sensibilité Auto
Vérifier que l’indication “ISO-Auto” n’est pas présente

Lorsque vous travaillez en mode manuel, vous définissez votre ouverture (donc la zone de netteté autour du sujet) et la durée d’exposition (pour limiter le “flou de bougé” et définir la quantité de lumière ambiante). Si votre sensibilité est en mode Auto, l’appareil reprend le contrôle de l’exposition en définissant la sensibilité. Vous pouvez toujours adapter son choix avec la compensation de l’exposition, mais vous devez recommencer à deviner les choix de l’appareil. Dès lors pourquoi ne pas définir vous même la sensibilité plutôt qu’une correction sur un choix qui varie en fonction des conditions interprétées par l’appareil.

Privilégiez la priorité à l’ouverture

Si vous ne photographiez pas en manuel (qui est le meilleur mode 😉 et que vous choisissez un mode semi-automatique (P, A, S ou P, Av, Tv), privilégiez le mode de priorité à l’ouverture (A ou Av en fonction de la dénomination présente sur votre boitier). vous gérez ainsi la profondeur de champ (plus d’explication dans l’article: Mise en pratique – La profondeur de champ). L’appareil adaptera la vitesse et la sensibilité de façon adéquate. Ici il est important d’avoir défini la sensibilité maximale admissible (cf le premier paragraphe de cet article). Sinon vous risquer d’obtenir des photos trop bruitées

Sous l’eau, vu le manque rapide de lumière, si vous choisissez la priorité à la vitesse (S ou Tv), l’appareil choisira en général toujours l’ouverture la plus grande (le plus petit chiffre) et donc une zone de netteté minimale autour de votre sujet.

Désactivez la réduction des yeux rouges
Symbole de la réduction des yeux rouges lors de l’utilisation du flash

Bien que ce choix semble évident, voici pourquoi il est important de s’en assurer. Lorsque vous utilisez votre flash, il ne sert à rien  d’activer la réduction des yeux rouges. Cette fonctionnalité émet de la lumière continue ou des petits-éclairs pour stimuler la fermeture de l’iris. Cela ne crée que du délai dans la prise de vue et fait fuir le sujet (sauf si c’est une moule ou une gorgone ;-)).

Conclusion
En fonction de votre modèle d’appareil, vous pourrez définir certains de ces réglages qui vous éviterons des photos ratées. A vos boîtiers avec votre manuel d’utilisation si nécessaire 😉
Si vous avez aimé cet article, je vous invite à vous abonner à ma page Facebook pour être averti des prochains articles concernant la photographie sous-marine.

Si vous ne l’avez pas encore fait, n’hésitez pas à télécharger gratuitement mon livre numérique “4 étapes pour réussir ses photos macro sous l’eau”.

Je vous invite aussi à vous abonner à ma chaîne YouTube “Plongée Photo” ou vous trouverez d’autres sujets et des compléments à ceux abordés dans ces articles.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.