Vos doigts en fin de saison

Salut les Amoureuses / eux du Monde du Silence,

Vous aimez faire des photos, surtout en été car l’eau est chaude et vous n’avez pas besoin de gants et c’est donc tellement plus facile pour manipuler votre caisson et les commandes qui actionnent l’appareil photo ! Moi aussi !

Et pourtant, avec la température de l’eau qui descend progressivement, le confort thermique des mains reste important pour éviter les doigts blancs.

Alors avant d’enfiler vos gros gants en néoprène qui rendront les manipulations plus difficiles, je voudrais vous partager la solutions que j’ai adoptée.

Cette solution allie le confort thermique de vos mains et l’agilité pour la manipulation des commandes de votre caisson.

Le pouce et l’index sont nus.

J’ai trouvé des gants destinés à la navigation à la voile de la marque O’Wave. Leur particularité est de ne pas avoir d’extrémité au pouce et à l’index, d’être en cuir de synthèse.

Ils sont relativement minces tout en procurant une protection thermique efficace.  Bien que je puisse plonger sans gants dès que l’eau dépasse les 10 °C, j’ai abandonné cette pratique lorsque j’ai trouvé ce type de gants. Ils sont en effet faits pour la voile qui est un environnement humide et venteux.

Il existe différents coloris. La paume (gauche) est renforcée et le dos est élastique (droite).

Côté résistance, ils sont bien conçus. La paume et les doigts sont doublés de cuir synthétique Amara et GripTech connu pour sa résistance à l’abrasion. Les coutures sont doublées ce qui renforce la durabilité. En effet, je les ai depuis trois ans et ils sont parfaitement fonctionnels, il n’y a ni trou, ni déchirure. Ces caractéristiques font que j’utilise c es gants aussi lorsque l’eau est chaude (18-24°C) mais que l’environnement est risqué. C’est le cas de la Zélande où vous trouverez des huîtres, des moules et autres bivalves aux bords acérés. Ceci dit, en eau douce, les arrêtes métalliques des épaves ou les petites moules Dreissena ne sont pas à sous-estimer non plus. Pour avoir été plusieurs fois coupés, je ne plonge plus jamais sans des gants. Avant d’avoir ces gants de voile, j’utilisais des gants de bricolage: fins et avec des renforts sur la paume et les doigts. C’était pas mal car ils sont fins et destinés au travail de précision. Cependant, ils s’usent assez vite avec le temps (la durée de vie est au mieux de deux saisons) et le liberté du pouce et de l’index c’est tout de même mieux. Côté confort thermique, ces gants destinés à la voile sont plus efficaces.

Dernier point intéressant c’est le côté confort. Ils restent souples même après qu’ils aient séchés grâce à la matière synthétique.  De plus, le dessus est en matière un peu élastique: le spandex. Ceci assure le confort d’utilisation et d’enfilage.

Il est plus facile de manipuler les commandes de l’appareil.

Lors du choix, je prends une taille qui serre légèrement car sous l’eau cela se donne un petit peu. Autant ne pas avoir l’impression d’être dans un sac ni dans une paire de gants mais plutôt d’avoir une seconde peau. A vous de voir surtout si vous êtes à l’aise.

Si vous en cherchez, j’ai trouvé les miens chez Globe Marine et il faut compter environ 20 €.

Si vous avez d’autres trucs et astuces pour vous protéger du froid tout en gardant une certaine psychomotricité fine, n’hésitez pas à le partager dans les commentaires.

Votre Livre Gratuit

Merci pour votre visite !

 

Pour recevoir votre livre gratuit sur la photographie rapprochée en plongée, indiquez simplement votre prénom et votre mail ci-dessous

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désincrire à tout instant.

Recevez gratuitement mon livre sur la photo macro en plongée

6 Comments

    1. Bonjour,
      J’utilise ces gants jusque 10°C voir 9°C. Après, le pouce et l’index souffrent tout de même de l’eau froide. Cela rend la manipulation difficile car je perd de la sensibilité au bout des doigts à cause de la l’hypothermie qui s’installe. Ce n’est pas bon non plus pour ton corps dont les tissus sont mal oxégénés.

      Mais cela dépend aussi de la durée de la plongée. Les premières 40-45 minutes, cela va bien. C’est après que cela devient plus difficile.

      Après cela il y a des gants en néoprènes plus ou moins épais.

      Au final, même avec des moufles c’est possible, même si ce n’est pas facile. Comme c’est notre passion, cela n’a pas d’importance et avec de l’entraînement cela s’améliore. Cela travaille aussi notre patience 🙂

      Belles plongées et belles photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.